Quatre questions sur la suspension du vaccin AstraZeneca en France

·1 min de lecture

La France a annoncé lundi suspendre l'utilisation du vaccin AstraZeneca pour lutter contre le Covid-19. Emmanuel Macron a en effet expliqué en marge d'un sommet franco-espagnol à Montauban, que les injections de ce traitement sont interrompues provisoirement, en attendant un avis européen. Plusieurs pays comme l'Irlande, ou encore l'Allemagne, avaient également annoncé un peu plus tôt suspendre eux aussi l'usage de ce vaccin. Décryptage.

Pourquoi décider de suspendre la vaccination ? 

"La décision qui a été prise en conformité avec notre politique européenne, est de suspendre par précaution la vaccination avec AstraZeneca en espérant la reprendre vite si l'avis de l'EMA le permet", a déclaré le chef de l'Etat. Une annonce difficile à comprendre alors que le Premier ministre Jean Castex assurait la veille qu'il n'y avait pas lieu de s'inquiéter.

>> Retrouvez Votre grand journal du soir en replay et en podcast ici

L'Autriche, le Danemark, la Norvège, la Bulgarie, l'Irlande et les Pays-Bas ont été les premiers à suspendre les vaccinations. Si Emmanuel Macron en vient lui aussi à prendre une telle décision ce lundi, c'est surtout par principe de précaution. Le chef de l'Etat attend en effet qu'un avis soit rendu mardi après-midi par l'Autorité européenne des médicaments (EMA) sur ce traitement. 

Que signifie exactement le "principe de précaution" ?

Selon le professeur Jean-Daniel Lelièvre, chef du service d'immunologie et maladies infectieuses à l'hôpital Henri-Mondor de Crét...


Lire la suite sur Europe1