Covid-19 : quatre bonnes raisons pour espérer que 2022 sera meilleure que 2021

·2 min de lecture

Certes, il y a eu l’arrivée d’un nouveau variant et une hausse record des cas dans le monde. Pourtant il est possible que le coronavirus fasse moins de dégâts pendant la nouvelle année que durant celle qui vient de s’écouler.

Record de cas journaliers de covid en France (), record des cas mondiaux ( depuis une semaine), un dans les semaines à venir causé par le variant Omicron… L’actualité épidémique n’est pas bonne. Mais il y a des raisons de penser que la pandémie pourrait "s’adoucir" en 2022. Voici pourquoi.

1. Omicron semble moins virulent que ses prédécesseurs

Selon les données provenant des pays les plus touchés par le variant Omicron, il semblerait que la probabilité de développer des formes graves du Covid-19 soit diminuée en comparaison avec d’autres souches du coronavirus. Les montraient une diminution de 29 % du risque d’hospitalisation par rapport à la souche originelle du virus, alors que les suggèrent que cette diminution serait d’environ 70 % par rapport à Delta. Plus récemment, une montre que le risque d’hospitalisation dans la province de Gauteng (la plus touchée par Omicron) lors du premier mois de la vague du nouveau variant était de 4,9 % contre 18,9 % lors de la même période durant la deuxième vague (variant Beta) et 13,7 % pour la troisième (Delta). Aussi, le risque de développer une forme sévère de la maladie était de 28,8 % contre 60,1 % et 66,9 % respectivement. Il reste possible que cette moindre virulence soit en fait due à une meilleure immunité (générée par les vagues précédentes et la vaccination). Ces chiffres sont donc à confirmer.

2. Omicron pourrait protéger de Delta

Le nouveau variant est beaucoup plus contagieux que Delta. Cela en raison de ses nombreuses mutations : elles lui permettent d’échapper partiellement aux anticorps générés par la vaccination ou l’infection aux autres variants. Ainsi, une infection avec Delta ne protège pas d’Omicron à cause des différences produites par ces mutations. On pouvait donc s’attendre à que le contraire soit vrai, et qu’une infection d’Omicron ne protège pas de Delta. Pourtant, une étude sudafricaine (en , pas encore revue par les pairs) suggère que les personnes infectées par Omicron augmentent leur protectio[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles