Covid-19: «On est sur une prudence politique mais pas un rationnel médical»

·1 min de lecture

Les hôpitaux français continuent à accueillir de plus en plus de personnes hospitalisées avec le Covid-19 , mais les services de soins critiques suivent la tendance inverse, selon les chiffres publiés par les autorités sanitaires. D'autre part, le nombre de cas positifs recensés chaque jour en France dépasse les 400.000. Invité sur Europe Matin jeudi, le médecin urgentiste Gérald Kierzek a estimé que "plus l'on cherche plus l'on trouve" et que cet indicateur n'est pas le bon pour juger de l'évolution de l'épidémie.

>> Retrouvez l'entretien tous les matins à 8h13 sur Europe 1 ainsi qu'en replay et en podcast ici

Arrêter de paniquer les gens

"Quand on cherche on trouve. Plus vous testez plus vous trouvez. Si lors de la première vague et deuxième vague, qui étaient des vagues de saturation hospitalière, on avait eu des tests et qu'on avait testé, peut-être que l'on aurait eu les mêmes chiffres. Donc plus on trouve, plus on panique et ça a un vrai effet négatif de paniquer les gens, les médias et les politiques. Alors qu'il serait souhaitable de relativiser", a-t-il jugé. "Ce n'est pas parce que vous êtes positif que vous êtes malade [...] Alors arrêtons de paniquer les gens."

Pour le médecin, le nombre de cas positifs n'a en effet aucun sens. "D'abord on a compté les morts, ensuite on a compté les réanimations, puis les hospitalisations et maintenant on compte les cas. Le seul indicateur pertinent ce sont les gens malades et pas du tout les gens positifs. Et là quand on r...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles