Covid-19 : les psychiatres s'attendent à être "encore plus sollicités, débordés" dans les mois à venir, alerte l'un d'entre eux

franceinfo
·1 min de lecture

Une personne sur trois qui a surmonté le Covid-19 a eu un diagnostic de troubles neurologiques ou psychiatriques dans les six mois suivant l'infection, selon une étude parue mercredi 7 avril dans le journal spécialisé The Lancet Psychiatry. Il s'agit de la plus grosse étude à ce jour portant sur le bilan mental d'anciens malades du Covid.

Antoine Pelissolo, psychiatre et chef de service au CHU Henri-Mondor de Créteil, professeur de médecine à l’université Paris-Est-Créteil est inquiet : "On redoute beaucoup d'être encore plus sollicités, plus débordés qu'on ne l'est actuellement", se soucie-t-il sur franceinfo. Selon le co-président du collectif inter-hôpitaux, "beaucoup de personnes ne consultent pas".

franceinfo : Les résultats de cette étude vous surprennent-ils ?

Antoine Pelissolo : Non, pas vraiment de surprise. Depuis maintenant un an, on voit beaucoup de personnes qui ont traversé l'infection avec des formes plus ou moins graves, mais qui ont des symptômes psychologiques et neurologiques. Là on a des données assez précises. C'est à peu près un tiers des personnes ayant été contaminées par le coronavirus, sachant que ce n'est qu'une estimation. Il y a aussi beaucoup de gens qui, peut-être, n'ont pas été repérés. Là, on n'a accès qu'aux diagnostics qui ont été portés par des médecins. Certaines personnes ne consultent pas. Donc, on craint que ce soit un petit peu plus.

De quels troubles parle-t-on ?

C'est vraiment très varié. Pour ce qui est de la psychiatrie, le plus (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi