Covid-19 : Le protocole sanitaire allégé dans les écoles, notamment sur le variant anglais

·2 min de lecture

Un nouveau protocole sanitaire concernant les écoles de la maternelle au lycée a été récemment publié par le ministère de l'Education nationale modifiant notamment les règles qui imposent une fermeture de classe en cas de contamination par le variant britannique du Covid-19.

Un nouveau protocole sanitaire concernant les écoles de la maternelle au lycée a été récemment publié par le ministère de l'Education nationale modifiant notamment les règles qui imposent une fermeture de classe en cas de contamination par le variant britannique du Covid-19. Jusqu'ici, le protocole sanitaire stipulait que le dépistage positif d'un seul élève de maternelle au Covid-19 suffisait pour entraîner la fermeture de sa classe. Et dans le primaire et le secondaire, si un cas de variant anglais était confirmé parmi les enseignants ou les élèves, la classe concernée devait fermer.

Trois cas positifs au variant anglais pour fermer une classe

Désormais, il faudra trois cas positifs au variant anglais pour entraîner la fermeture d'une classe et les personnels de l’éducation ne sont plus systématiquement considérés comme cas contact, en présence d’élèves positifs. "La conduite à tenir autour d'un cas confirmé de la variante britannique est la même que pour le cas général", peut-on lire sur le site du ministère. La fermeture de la classe pourra "être envisagée" après "analyse locale concernant la circulation de cette variante sur le territoire", mais elle n'est plus systématique.

Le ministère, contacté par l'AFP, explique que "fermer plus massivement rendrait le contact tracing et les tests plus difficiles. Au lieu de tester tout un établissement, il faudrait retrouver chaque élève chez lui, où les gestes barrières sont bien différents (pas de masque chez soi, etc.)". Par ailleurs, le ministère souligne que "dès qu’un élève est cas contact d’une personne de son foyer positive au variant brésilien ou sud-africain, la classe est fermée".

"Un assouplissement en catimini"

Pour le Snuipp-FSU, premier syndicat du primaire,(...)


Lire la suite sur Paris Match