Covid-19 : la propolis aiderait à réduire la durée d’hospitalisation

Johanna Amselem
·2 min de lecture

En Moselle, le laboratoire Lehning s’est intéressé au pouvoir de la propolis pour accompagner les patients atteints par le Covid-19. Les résultats sont encourageants.

Et si la propolis était une solution supplémentaire pour soulager les patients atteints par le Covid-19 ? C’est la piste très sérieuse explorée par des scientifiques établis dans le Grand Est. En Moselle, les laboratoires Lehning travaillent autour des bienfaits de ce produit de la ruche. Comme le rapporte le Républicain Lorrain, la propolis pourrait réduire, en tant que traitement adjuvant, le temps de récupération clinique des malades atteints par le virus. Ces conclusions ont été publiées le 20 mars dans la revue médicale Journal of Biomedicine & Pharmacotherapy.

Cette étude a été menée entre juin et août 2020 dans un hôpital brésilien de Sao Rafael à Salvador auprès de 124 personnes volontaires, âgées en moyenne de 50 ans. Tous les participants avaient reçu un test PCR positif avec un début des symptômes du Covid-19 depuis huit jours en moyenne. Tous présentaient des comorbidités similaires et ont été divisés en trois groupes. Le premier a reçu uniquement le traitement hospitalier standard, les deux autres groupes ont reçu des doses (d’intensité différente de 400 mg ou de 800 mg) de Própomax, contenant l’extrait breveté de propolis verte et brune EPP-AF®. Cette gomme résineuse est recueillie par les abeilles directement sur les bourgeons des arbres pour protéger la ruche des corps étrangers.

Un impact sur les lésions rénales

Évidemment, tous les patients ont bénéficié de la même prise en charge hospitalière et des soins classiques contre le virus. À l’issue de cette étude, le laboratoire dévoile que le "temps de récupération clinique a été significativement réduit, soit 6 à 7 jours au lieu de 12 en médiane. En outre, le pourcentage de patients présentant des lésions rénales aiguës a été réduit". Pour éviter un emballement disproportionné, le laboratoire Lehning précise bien qu’il ne s’agit en aucun cas d’une "alternative à la thérapie classique mais un traitement adjuvant". Des résultats qui doivent encore être consolidés à une échelle plus importante et en intégrant un groupe placebo.

Ce contenu peut également vous intéresser :