Covid-19 : premiers résultats prometteurs pour un vaccin en spray nasal développé en Allemagne

RICHARD B. LEVINE/NEWSCOM/SIPA

Un vaccin vivant atténué développé en Allemagne immuniserait bien mieux contre le Covid-19 que les vaccins existants. Ces résultats concluants, obtenus à partir de tests sur les animaux, devront cependant être confirmés lors des premiers essais cliniques sur les humains.

Alors qu’une grande partie de la population européenne est à présent vaccinée contre le Covid-19, l’épidémie continue de se propager et le virus de trouver des hôtes, souvent étonnés de constater qu’une triple vaccination ne suffit pas à l’arrêter. Comment est-ce possible ? Il faut comprendre que les vaccins qui sont actuellement disponibles – vaccins à ARN messager (Pfizer, Moderna) et vaccins à base d'adénovirus (AstraZeneca, Janssen) – ont été préparés en un temps record afin de faire barrière à une contamination exponentielle, et donc incontrôlable, de la population. Mais s’ils contrecarrent une évolution grave de la maladie, ces deux types de vaccins ne peuvent empêcher le virus de pénétrer dans l’organisme. On connaît sa voie d’entrée : les muqueuses des voies respiratoires. Plusieurs laboratoires ont donc décidé d’explorer la possibilité de fabriquer un vaccin instillable sous forme de spray nasal, qui soit à même de bloquer l’infection à l’endroit même où elle se produit. C’est le cas d’une équipe de chercheurs allemands, qui vient d’annoncer dans une de premiers résultats extrêmement concluants sur le développement d’un vaccin contenant des virus atténués, administrable par voie nasale : il immuniserait bien mieux contre le Covid-19 que les vaccins existants.

Covid-19 : premiers résultats prometteurs pour un vaccin en spray nasal développé en Allemagne

Dans la mesure où le SARS-CoV-2 se propage principalement par le biais des aérosols, les chercheurs envisagent depuis longtemps qu’une vaccination par spray nasal puisse être plus efficace qu’une vaccination par injection. Les vaccins actuellement existants sont en effet tous injectés dans le muscle, ce qui leur permet de déclencher une réaction immunitaire systémique dans le sang, mais force est de constater que leur action est bien plus limitée au niveau des muqueuses des voies respiratoires, alors que ce sont précisément les premiers tissus à être touchés par le virus. En développant un vaccin qui assure [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles