Covid-19 : "Le Premier ministre annonce 29% de contamination en entreprise, c’est faux", précise le patron du Medef

Les entreprises doivent mettre de nouvelles règles sanitaires en place pour freiner l’épidémie, notamment 8 m² d’espace minimum pour chaque salarié, y compris dans les cantines. "8 m² par salarié c’est très compliqué", explique Geoffroy Roux de Bézieux, invité des "4 Vérités" de France 2, mercredi 24 mars. "On comprend les difficultés et on a notre rôle à jouer. Mais pointer du doigt les entreprises comme le fait le gouvernement n’est ni juste ni raisonnable", ajoute le patron du Medef. Le gouvernement indique notamment qu’un nombre important de contaminations a lieu dans les entreprises. "Le Premier ministre, jeudi, annonce 29% de contaminations en entreprise, c’est faux. L’Institut Pasteur, que j’ai appelé pour vérifier le chiffre, annonce qu’il y a 45% des gens qui ont été interrogés qui savent où ils ont été contaminés et sur ces 45% il n’y en a que 15% qui pointent un collègue de bureau", détaille Geoffroy Roux de Bézieux. "Un salarié sur deux souffre au télétravail" Ne faut-il pas favoriser le télétravail ? "Il y a un effort à faire, où effectivement les chiffres des gens en télétravail ont un peu reculé depuis que l’on a laissé un jour par semaine de soupape. La santé, c’est un état général de bien être, si vous créez des troubles psychiatriques ou psychologiques en masse, comme semble montrer l’étude qui a été publiée par Le Figaro ce matin, selon laquelle un salarié sur deux souffre au télétravail, il y a un équilibre à trouver", estime le patron des patrons. Que faut-il faire pour les restaurants ? "Il faudrait donner aux professionnels un calendrier en fonction de la vaccination. La clef de tout cela, c’est la vaccination, et on a pris du retard", précise Geoffroy Roux de Bézieux. Est-ce une déception entre l’exemple du Royaume-Uni et la situation au sein de l’Union européenne ? "Oui on est déçus et je pense que les Français sont déçus. Si mois après mois, ce retard entre l’Angleterre et l’Europe se creuse, cela mettra en question le fonctionnement de l’UE à 27", conclut le patron du Medef.