Covid-19 : un premier Ehpad reconfiné dans le Bas-Rhin

Jacqueline Portheault, cadre retraitée en réanimation à l’hôpital de Chartres, 85 ans, et Isabelle agent de service hospitalier, à l’Ehpad Les Genets (Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) regardent le président français Emmanuel Macron prononcer ses vœux de fin d’année lors d’une allocution télévisée à la nation depuis le palais de l’Élysée, à Illiers-Combray, dans le centre de la France, le 31 décembre 2021. (Photo : JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)
JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP Jacqueline Portheault, cadre retraitée en réanimation à l’hôpital de Chartres, 85 ans, et Isabelle agent de service hospitalier, à l’Ehpad Les Genets (Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) regardent le président français Emmanuel Macron prononcer ses vœux de fin d’année lors d’une allocution télévisée à la nation depuis le palais de l’Élysée, à Illiers-Combray, dans le centre de la France, le 31 décembre 2021. (Photo : JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

COVID-19 - Les proches leur sont interdits de visite avant Noël. Un Ehpad (établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) du village de Barr, dans le Bas-Rhin, a décidé de confiner sa centaine de résidents ce mercredi 7 décembre après la découverte de huit cas de Covid-19. Une mesure drastique qui rappelle la fermeture au public - très décriée - de ces établissements, lors précédentes vagues de l’épidémie.

Non seulement les résidents, testés positifs ou non, doivent rester à l’intérieur de l’établissement, mais la venue de personnes extérieures est également interdite. Toutes les activités de groupe sont aussi annulées et les repas sont servis directement dans les chambres.

Ces mesures très strictes viennent en prévention de la période des fêtes de Noël et de fin d’année, pendant lesquelles les visites sont plus nombreuses et les risques de contaminations des personnes fragiles plus importantes. Comme le rappelle BFM TV, l’établissement veut tout faire pour éviter de revivre le scénario du printemps 2020. 29 personnes contaminées au Covid-19 étaient mortes en quelques semaines dans cet Ehpad.

Une soixantaine de clusters dans les Ehpad en France

Mais pour certains professionnels et représentants du secteur, cette mesure est beaucoup trop stricte. « Il faut absolument ne confiner que les personnes qui sont positives au coronavirus. L’impossibilité de sortir les résidents, l’impossibilité de recevoir du public font qu’ils sont coupés du monde », a déploré au micro de BFMTV, Pascal Champvert, président de l’association des directeurs aux services des personnes âgées (AD-PA), ajoutant que la situation était « inacceptable ».

Lors du premier confinement en 2020, la fermeture des Ehpad avait été critiquée par des professionnels de la santé déplorant les conséquences psychologiques qu’une telle mesure pouvait avoir sur les résidents. Comment peut-on interdire « en se passant d’un consentement individuel éclairé, à un citoyen majeur, de recevoir un proche, intime, à son domicile ? », s’interrogeait le docteur Victor Haddad, gériatre et praticien hospitalier dans une tribune au Monde, en mai 2020. Il rappelait encore « l’importance du maintien d’un lien social, si souvent rare et fragile (...) ».

La neuvième vague de coronavirus qui prend de l’ampleur en France, associée à une hausse des hospitalisations et des décès, fait craindre une multiplication de ces mesures « anti-covid ». D’après les informations de RMC, une soixantaine de clusters Covid ont été recensés dans les Ehpad. Et seuls 21 % des résidents d’Ehpad ont reçu le nombre de doses de rappel requises, selon le ministère de la Santé.

À voir également sur Le HuffPost :

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Lire aussi