Covid-19 : le président des urgentistes craint une troisième vague "fatale"

Source AFP
·1 min de lecture
« On ne va pas être en capacité d'absorber de la même façon cette troisième vague que la première et a fortiori la deuxième », explique le docteur François Braun.

Le docteur François Braun estime que « les mauvaises habitudes du passé sont revenues » alors que le virus continue de circuler « à un niveau élevé ».

François Braun ne cache pas son pessimisme. Un an après le début de la pandémie de Covid-19 en France, le président de Samu-urgences de France s'inquiète ainsi d'une « troisième vague fatale » en mars 2021, car la deuxième n'a pas assez reflué et « les mauvaises habitudes du passé sont revenues ». « Très clairement, on craint cette troisième vague », a affirmé à l'Agence France-Presse le docteur Braun, rappelant que, malgré « les mesures prises », le virus continue de circuler « à un niveau élevé ». « On ne va pas être en capacité d'absorber de la même façon cette troisième vague que la première et a fortiori la deuxième », assure-t-il.

« Au début, il y a eu la première vague, un tsunami dans le Grand Est. Mais, avec le confinement, le niveau était redescendu presque à zéro. Le fait est qu'il y a toujours eu en France un fond de Covid-19 et, depuis la fin de l'été, pour de multiples raisons, ça a réaugmenté. On a appelé ça "la deuxième vague". Mais c'était plutôt une marée montante sur plusieurs mois », a expliqué celui qui est aussi chef des urgences du CHR de Metz-Thionville.

« Diverses mesures ont été prises, mais cette vague n'est que peu descendue. Et la troisième, qui est annoncée pour mars, risque de nous noyer », a souligné le médecin, rappelant que les hôpitaux, actuellement, fonctionnent presque normalement, contrairement au printemps où, pendant le confinement, ils étaient en mode « anti-Covid ». En plus, « les personnels soignants sont à bout de [...] Lire la suite
Ce contenu peut également vous intéresser :