Covid-19: Poutine ordonne une vaccination massive en Russie à partir de la semaine prochaine

A.S.
·2 min de lecture
Le président russe Vladimir Poutine, le 21 décembre 2020 à Moscou - Alexey NIKOLSKY © 2019 AFP
Le président russe Vladimir Poutine, le 21 décembre 2020 à Moscou - Alexey NIKOLSKY © 2019 AFP

Le président russe Vladimir Poutine a ordonné ce mercredi d'entamer dès la semaine prochaine la vaccination contre le coronavirus de toutes les catégories de population, affirmant que le vaccin conçu par son pays est le "meilleur".

"Je demande de lancer une vaccination de masse de toute la population à partir de la semaine prochaine", a-t-il déclaré au cours d'une réunion du gouvernement russe par visioconférence.

En décembre, la Russie avait déjà commencé sa campagne de vaccination à destination des populations jugées prioritaires, notamment les personnes âgées et le personnel médical et scolaire.

Les catégories autorisées à recevoir le vaccin russe Spoutnik V ont ensuite été progressivement élargies. Selon le Fonds souverain russe (RDIF), qui a financé la mise au point de ce ce produit, plus d'un million de personnes en Russie se sont fait vacciner à ce jour.

Premier pays à homologuer un vaccin

Ce pays a été le premier en août dernier à homologuer un vaccin contre le coronavirus, s'attirant des critiques à l'international face à une annonce jugée prématurée, avant les essais de phase 3 et la publication des résultats scientifiques.

"Le vaccin russe - c'est tout à fait évident et la pratique le confirme -, je pense que c'est le meilleur du monde", a lâché ce mercredi Vladimir Poutine, saluant notamment ses conditions de stockage et de transport qui "ne requièrent pas des conditions extrêmes". "C'est beaucoup plus simple et plus efficace", a-t-il ajouté, en comparaison avec ses équivalents occidentaux.

Pour sa part, la vice-Première ministre russe, Tatiana Golikova, chargée de la santé, a affirmé que tout était "prêt" pour se lancer dans une vaccination massive à partir de lundi.

La Russie affronte une seconde vague du coronavirus très meurtrière, mais les autorités refusent pour l'instant tout nouveau confinement d'ampleur nationale.

Article original publié sur BFMTV.com