Covid-19 : pourquoi la vaccination est en chute libre

·1 min de lecture
Le nombre de premières injections est passé de 350 000 par jour en moyenne à 180 000 en à peine un mois (photo d'illustration).
Le nombre de premières injections est passé de 350 000 par jour en moyenne à 180 000 en à peine un mois (photo d'illustration).

C'était il y a à peine deux mois. Les centres de vaccination étaient remplis et les Français souhaitant se faire vacciner se ruaient sur les rendez-vous dès qu'ils étaient mis en ligne. Après des débuts compliqués, la campagne de vaccination contre le Covid-19 tournait à plein régime. Mais, à la veille de l'été et alors que le variant Delta menace la liberté retrouvée, la machine commence à s'enrayer.

Très soutenu ces dernières semaines, le rythme de vaccination est en chute libre depuis le début du mois de juin, quand plus de 350 000 premières doses étaient injectées chaque jour en moyenne. En cette fin de mois, le rythme est retombé à 180 000 par jour, et ne cesse de baisser. Plus de 33 millions de Français ont déjà reçu au moins une dose de vaccin, dont 21 millions sont complètement vaccinés. Le prochain objectif fixé par le gouvernement ? 35 millions de vaccinations totales et 40 millions de primo-injections d'ici fin août ? est moins facile à atteindre qu'il n'y paraît.

Peur du vaccin ?

Les doses sont là et la vaccination est désormais ouverte à tout le monde, mais le nombre de rendez-vous pris décroît : de plus en plus de centres de vaccination proposent des créneaux encore libres pour le jour même quand ils affichaient tous complet il y a encore quelques semaines. « C'est trop peu, on a fait beaucoup mieux. On peut et on doit faire beaucoup mieux », a lancé le Premier ministre Jean Castex jeudi 24 juin, implorant les Français : « Ayez peur du viru [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles