Covid-19 : pourquoi il sera nécessaire de porter un masque à bord d'un avion

Rémy Decourt, Journaliste

Alors que les pays de l'Union européenne se déconfinent et que les États membres de l'espace Schengen rouvrent leurs frontières, le transport aérien se prépare à une reprise progressive, après avoir été paralysé pendant presque trois mois. Pour garantir la sécurité des passagers ainsi que celle des personnels, dans les aéroports comme à bord des avions, l’Organisation de l'aviation civile internationale et l’Association internationale du transport aérien ont publié la semaine dernière une série de recommandations sanitaires qui prévoient notamment le port du masque en permanence, pendant toute la durée du vol.

Pour comprendre la nécessité de porter un masque, Ansys, éditeur de logiciel de simulation, a rendu publique une simulation qui montre comment le virus peut circuler à travers l’air de la cabine. Cette simulation s’appuie sur des modèles physiques complexes des flux d’air créés par le système de ventilation de l’avion afin d’illustrer comment les particules en suspension se propagent entre les passagers, lorsque ces derniers portent un masque et quand ils n’en portent pas. La simulation montre que porter un masque limite significativement la quantité de particules et la distance parcourue par les gouttelettes lors d’une toux, d’un éternuement ou d’une expectoration, ce qui réduit le risque de contamination des autres passagers.

Coronavirus : une séparation d'un mètre ne suffit pas

Simulation et modélisation de la circulation des particules de salive dans un avion, lorsque les passagers portent des masques et quand ils n’en portent pas. © Ansys

Thierry Marchal, directeur Santé et Sport chez Ansys, répond à nos questions :

Futura : Comment modélise-t-on la propagation des particules dans un avion ?

Thierry Marchal : La première étape consiste à modéliser l’écoulement d’air dans ce domaine fermé et de géométrie complexe, étant donné le nombre d’éléments et de détails que contient la cabine d’un avion. Cet écoulement d’air peut être complexe car l’air est insufflé...

> Lire la suite sur Futura