Covid-19 : pourquoi la seconde vague épidémique risque-t-elle d'être pire que la première ?

franceinfo avec AFP
·1 min de lecture

"On avait prévu qu'il y aurait cette deuxième vague, mais nous sommes nous-mêmes surpris par la brutalité de ce qui est en train de se passer depuis 10 jours à 15 jours", a reconnu le président du Conseil scientifique, Jean François Delfraissy, lundi 26 octobre, sur RTL. Dimanche, l'épidémie de Covid-19 a battu un nouveau record en France avec 52 010 nouveaux cas positifs enregistrés en 24 heures.

Ces derniers jours, plusieurs médecins et épidémiologistes alertent sur la propagation galopante du virus. "Il est possible que la deuxième vague soit pire que la première", a même reconnu Martin Hirsch, directeur général de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) vendredi 23 octobre, sur RTL. "Beaucoup de nos concitoyens n'ont pas encore pris conscience de ce qui nous attend", estime Jean-François Delfraissy. Franceinfo fait le point sur les éléments qui alertent les spécialistes sur l'ampleur de la seconde vague.

Parce que la circulation du virus est plus diffuse

Au printemps, la première vague a particulièrement touché certaines régions, comme le Grand Est et l'Ile-de-France, tandis que les l'ouest de la France a été relativement plus épargné. Mais aujourd'hui, la propagation du virus "frappe de manière plus globale le territoire national", selon Lamine Gharbi, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi