Covid-19 : Pourquoi le reconfinement est inévitable en France et en Europe

·2 min de lecture

Avec une progression de 42% du nombre de cas quotidien - 171.257 contre 121.227 la semaine précédente -, l'Europe est désormais le continent qui enregistre la plus forte hausse des contaminations à la Covid-19.

Le Premier ministre Jean Castex a prévenu jeudi lors de la conférence de presse sur la situation de la pandémie de coronavirus en France : si l'épidémie de Covid-19 n'était pas jugulée par la mise sous couvre-feu de 54 départements en France, «des mesures beaucoup plus dures» seront prises, à savoir un nouveau confinement local ou national. Hélas, les derniers chiffres en Europe sont si catastrophiques que ce dernier semble inévitable. Dans un communiqué, l'agence sanitaire européenne chargée des maladies a expliqué que l'évolution de l'épidémie suscite désormais une «grave inquiétude» dans 23 pays de l'Union européenne, ainsi qu'au Royaume-Uni. Tous les pays de l'Union européenne à l'exception de la Finlande, Chypre, l'Estonie et la Grèce entrent désormais dans cette catégorie, contre sept il y a un mois, selon la dernière évaluation des risques du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC).

Lire aussi :"La situation est grave", records de contaminations en Europe... le point sur le coronavirus

La nouvelle progression de l'épidémie au sein des pays européens «pose un problème majeur de santé publique, avec la plupart des pays ayant une situation épidémiologique très inquiétante», a commenté la patronne du centre basé à Stockholm, Andrea Ammon, dans un communiqué de l'ECDC. «L'impact en termes de pression sur les services de santé et la mortalité devient de plus en plus évident. Avec des hauts niveaux de transmission, la protection des individus vulnérables devient plus difficile et il est inévitable que davantage d'entre eux ne contractent des formes graves», poursuit la responsable européenne.

Les chiffres sont effrayants, avec une progression de 42% du nombre de cas quotidien en Europe(...)


Lire la suite sur Paris Match