Covid-19 : pourquoi il ne faut pas se fier au taux d’anticorps ?

·1 min de lecture

Plusieurs études ont suggéré que les personnes asymptomatiques ou atteintes de formes bénignes de Covid développent moins d’anticorps que celles plus sévèrement touchées, et qu’ils disparaissent plus vite (voir ci-dessous). Une nouvelle étude de l’école de médecine de l'Université de Washington vient aujourd’hui battre cette idée en brèche. « Les médias grand public ont interprété la diminution rapide des anticorps comme étant le signe que l'immunité n’est pas durable », explique Ali Ellebedy, professeur d'immunologie à l’origine de l’étude parue dans Nature. « Mais il s’agit d'une mauvaise interprétation des données. Il est normal que les niveaux d'anticorps baissent après une infection, mais ils ne descendent pas à zéro ; ils plafonnent. »

Covid-19 : l'immunité pourrait durer de zéro jour... à des décennies, selon les cas

Les plasmocytes sont une forme de lymphocytes B à longue durée de vie qui résident dans la moelle épinière. © extender_01, Adobe Stock
Les plasmocytes sont une forme de lymphocytes B à longue durée de vie qui résident dans la moelle épinière. © extender_01, Adobe Stock

Des cellules productrices d’anticorps « dormantes »

Lors d'une infection virale, les cellules productrices d'anticorps (lymphocytes B) se multiplient rapidement et circulent dans le sang, ce qui entraîne des niveaux d'anticorps très élevés. Une fois l'infection guérie, la plupart de ces cellules meurent et les niveaux d'anticorps sanguins baissent. Mais une petite population de cellules immunitaires, appelées plasmocytes, migre vers la moelle osseuse et s'installe dans la durée, où elles sécrètent continuellement de faibles niveaux d'anticorps dans la circulation sanguine en prévision d’une autre rencontre avec le virus.

Les cellules restent silencieuses, mais elles continuent à sécréter des anticorps indéfiniment

C’est donc la moelle osseuse qu’il faut examiner pour détecter le niveau de protection. L’équipe d’Ali Ellebedy a recueilli les échantillons de moelle osseuse de 18 patients sept à huit mois après leur infection, et encore quatre mois plus tard pour cinq d’entre eux. La plupart de ces patients n’avaient eu que des formes...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura