Covid-19 : pourquoi la mutation du variant anglais suscite l'inquiétude

·1 min de lecture

Britannique, sud-africain, brésilien, californien… Depuis quelques semaines, les détections de variants du Sars-CoV-2 se multiplient, déclenchant une course pour séquencer, traquer et étudier ces nouvelles versions du coronavirus. Lundi, la situation est devenue encore plus difficile à suivre : outre-Manche, le variant dit britannique mute lui aussi. L'agence sanitaire Public Health England a annoncé avoir repéré la mutation E484K dans des prélèvements de variants anglais. Pour le moment, il ne s'agit que de onze échantillons. Mais cette découverte inquiète, car E484K, présente également chez les variants sud-africain et brésilien, pourrait amoindrir l'efficacité des vaccins.

Jusqu'ici, le variant 202012/01 (aussi appelé B.1.1.7) était considéré comme plus contagieux, mais pas plus récalcitrant face au vaccin. Décelé en décembre au Royaume-Uni, il affiche 23 mutations dont "N501Y", suspectée d'accroître la transmissibilité du virus. Il pourrait aussi entrainer plus de formes graves et mortelles, selon des premières données mises en avant par le Premier ministre britannique, Boris Johnson.

Lire aussi - Plus contagieux et peut-être plus mortel : voici comment fonctionne le variant anglais du Covid-19

La mutation E484K vient compliquer la donne. Dans une mise à jour de son briefing sur le variant 202012/01, Public Health England indique avoir passé en revue 214.159 génomes séquencés en date du 26 janvier. La mutation E484K a été décelée dans onze échantillons. Selon l'agence, le...


Lire la suite sur LeJDD