Covid-19 : pourquoi l'Allemagne, avec un nombre de cas plus bas qu'en France, ne déconfine que début mars

·2 min de lecture

En dépit de chiffres de contamination moins élevés que chez nous, les commerces allemands ne seront pas autorisés à ouvrir avant le 7 mars, en fonction du taux d'incidence. Angela Merkel a défendu cette prolongation par le risque que font courir les nouveaux variants.

L'Allemagne déconfine à pas de loup. Mardi soir, les régions et le gouvernement allemand se sont mis d'accord sur une prolongation des restrictions actuelles jusqu'au 7 mars. A cette date, commerces, musées et galeries ne seront autorisés à rouvrir que si le taux d'incidence de leur comté ne dépasse pas 35 pour 100.000 habitants (contre 50 initialement) et reste stable pendant au moins trois jours. Seule exception, les coiffeurs pourront de nouveau accueillir leurs clients dès le 1er mars.

Les écoles, fermées depuis le 16 décembre, ne seront rouvertes que sur décision des Länder - les régions - qui ont la main sur l'éducation, alors que la chancelière souhaitait les voir rouvrir au 1er mars. Dans la plupart d'entre eux, ce sera le cas à partir du 22 février, rapporte la ZDF. Quant aux restaurants et aux autres établissements culturels, ils devront attendre une décision ultérieure ; les Länder et le gouvernement ont prévu de faire à nouveau le point le 3 mars prochain.

Une décision étonnante quand on suit la courbe des contaminations en Allemagne, nettement plus basse qu'en France : au 10 janvier, notre voisin comptait 100 cas pour un million d'habitants, contre 295 cas à la même date de ce côté-ci du Rhin. Bien qu'ils soient soumis à un couvre-feu plus strict (seuls des couvre-feu nocturnes, à partir de 21 heures, sont appliqués dans certaines régions allemandes), les Français bénéficieront donc de libertés plus grandes que les Allemands jusqu'au 7 mars, en dépit d'une situa...

Lire la suite sur LeJDD

Ce contenu peut également vous intéresser :