Covid-19 : pourquoi l'Afrique du Sud a eu raison d'interdire l'alcool

Par Le Point Afrique
·1 min de lecture
À l'image de ce qui s'était passé en septembre dernier (photo) où le Chris Hani Baragwanath Hospital a manifesté sa joie autour de l'initiative 
À l'image de ce qui s'était passé en septembre dernier (photo) où le Chris Hani Baragwanath Hospital a manifesté sa joie autour de l'initiative

Depuis lundi soir, la vente d'alcool est à nouveau interdite en Afrique du Sud. Cette restriction, fixée pour l'instant jusqu'au 15 janvier, vise à réduire les admissions générées par un excès de consommation et soulager les hôpitaux du pays. Déjà à bout de souffle, ceux-ci sont submergés depuis des mois par l'afflux de patients Covid. D'une capacité de 3 200 lits, le Chris Hani Baragwanath Hospital, établissement public auparavant réservé aux patients noirs pendant l'apartheid, est situé dans le quartier de Soweto à Johannesburg, l'un des plus importants foyers de contamination en Afrique du Sud. C'est l'un des plus grands hôpitaux du continent, mais il a atteint ses limites.

Lire aussi Covid-19 en Afrique du Sud : attention danger

Un soulagement inédit pour l'hôpital de Soweto

Sans doute en grande partie grâce à l'interdiction d'alcool, l'immense hôpital de Soweto n'a reçu aucun patient aux urgences traumatologiques lors du passage à la nouvelle année, dans un pays qui peine à lutter contre la deuxième vague de Covid-19. « Pour la première fois dans l'histoire de l'hôpital, les urgences traumatologiques n'ont reçu aucun patient le premier jour de l'an », s'est félicité vendredi sur sa page Facebook le Chris Hani Baragwanath Hospital, qui a accompagné son message de photos de lits vides. En effet, avec les accidents de la route et les violences, les services d'urgences connaissent généralement un pic de fréquentation la nuit de la Saint-Sylvestre, pic notamm [...] Lire la suite