Covid-19 : pourquoi les immunodéprimés se sentent pris au piège

·1 min de lecture

Leur organisme ne réagit pas ou peu au vaccin contre le Covid-19 . Les immunodéprimés sont davantage exposés aux formes sévères de la maladie et occupent  jusqu'à un tiers des lits de réanimation dans les hôpitaux. Les autres s'imposent des restrictions drastiques pour ne pas contracter le virus. Reportage. 

Des décisions lourdes de conséquences

Delphine Blanchard a reçu quatre injections de vaccin, en vain. Greffée du rein, elle s'est pratiquement coupée de tout contact extérieur depuis la diffusion d'Omicron . Une situation particulièrement anxiogène. "Moi, j'ai très peur. Je me sens en état de mort imminente", confie-t-elle au micro d'Europe 1. "Je ne sors plus. C'est mon mari qui fait toutes les courses. Je ne sors pas, si ce n'est pour me rendre en dialyse". 

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

Mais ces séances à l'hôpital peuvent là encore lui faire courir des risques. "À tel point que je me pose la question de faire les dialyse qu'une seule fois par semaine", explique Delphine. "Ce sont des décisions qui peuvent être très lourdes de conséquences, mais je préfère limiter les dialyses, quitte à me mettre en danger à moyen terme". 

Urgence sanitaire

En France, 300.000 personnes souffrent d’immunodéficience. Il y a urgence selon Étienne Klein, directeur de l'association Ellye, Ensemble leucémie lymphome espoir. "L'urgence se précise de plus en plus. Comme ces personnes sont non répondeuses ou peu répondeuses à la vaccination, leurs défenses i...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles