Covid-19 : pourquoi la France vaccine-t-elle si lentement ?

franceinfo
·1 min de lecture

Le gouvernement s'est fixé, d'ici à la fin février, l'objectif d'un million de vaccinés parmi les plus âgés et les plus vulnérables.

La France craint-elle de confondre vitesse et précipitation ? La campagne de vaccination contre le Covid-19 a débuté dimanche 27 décembre dans l'Hexagone. Dans des Ehpad, mardi 29 décembre, plusieurs dizaines de résidents avaient déjà reçu leur première dose du vaccin développé par Pfizer/BioNTech, avant une accélération de la première phase de vaccination au début du mois de janvier.

Mais déjà, des voix s'élèvent pour demander d'aller plus vite. Comme ses voisins européens, la France se démarque par sa stratégie de vaccination au compte-gouttes, qui tranche avec les campagnes généralisées mises en place dans d'autres pays, comme le Royaume-Uni (où plus de 600 000 personnes avaient déjà reçu une première dose de vaccin au 24 décembre), Israël (379 000 personnes vaccinées à la date de lundi) ou encore les Etats-Unis (2 127 143 premières doses à cette même date). Franceinfo revient sur le contexte de cette campagne de vaccination en France.

Un défi logistique à relever

Dans tous les pays, cette campagne de vaccination inédite constitue un défi d'organisation. Car le vaccin Pfizer/BioNTech, le premier homologué dans l'Union européenne, présente des "caractéristiques très particulières" : "une conservation jusqu'à six mois à -80 °C, une stabilité de cinq jours à 5 °C incluant une durée de 12 heures dans les transports et (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :

A lire aussi