Covid-19 : pourquoi il faut prendre les indicateurs épidémiologiques avec des pincettes en cette fin d'année 2020

franceinfo
·1 min de lecture

C'est à ne rien y comprendre. Le ministre de la Santé Olivier Véran évoque dans Le Journal du dimanche un virus qui "circule encore trop" avec "15 000 contaminations détectées par jour en moyenne, alors qu'on était descendu à 11 000..." Pourtant, le site du gouvernement affiche le 27 décembre des données bien moins dramatiques, mises à jour le 26 décembre : 3 093 nouvelles contaminations et une évolution dans les dernières 24 heures de l'ordre de -84,7%.

S'agirait-il d'un miracle de Noël ? Malheureusement non, comme on peut s'y attendre, la magie des fêtes n'a pas eu raison du Covid-19. Mais, elle brouille le tableau de suivi épidémiologique. Les chiffres des nouvelles contaminations sont passés de plus de 20 000 à moins de 5 000 en quelques jours et devraient grimper à nouveau. Franceinfo vous explique pourquoi plusieurs indicateurs sont à considérer avec prudence.

Plus de personnes ont été dépistées

Premier indicateur à avoir été bousculé en cette fin d'année : celui du nombre de nouveaux cas positifs. A l'approche des fêtes, le nombre de tests a explosé. Ainsi, du 14 au 20 décembre, "2 272 074 personnes ont été testées pour le Sars-CoV-2" contre 1 304 856 la semaine précédente, d'après Santé Publique France. Ce qui représente une augmentation du nombre de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi