Covid-19: pourquoi Emmanuel Macron ne souhaitait pas que Jean Castex parle de "confinement"

Anne Saurat-Dubois avec Hugo Septier
·2 min de lecture

Le président de la République voulait que les Français ne retiennent que l'impact positif des nouvelles mesures coercitives prises par l'exécutif.

Lors de sa prise de parole de jeudi dernier, Jean Castex a évoqué une situation sanitaire inquiétante en France, avec comme conséquence de nouvelles mesures coercitives dans 16 départements du pays. A plusieurs reprises, le Premier ministre a même évoqué un "confinement" pendant au moins quatre semaines dans ces zones afin de circonscrire la pandémie.

Selon des informations obtenues ce samedi par BFMTV, l'emploi de ce terme n'a été que très peu apprécié par Emmanuel Macron, qui avait pourtant expressément demandé à son Premier ministre de ne pas l'utiliser. Selon nos sources, le président de la République souhaitait plutôt souligner l'impact positif des mesures annoncées, en insistant sur la responsabilisation des Français, plutôt que les côtés négatifs, en particulier sur le plan psychologique.

Or, lors de son allocution, Jean Castex a non seulement utilisé le mot à plusieurs reprises, mais ce dernier était également écrit sur une slide diffusée derrière lui.

"Mesures de freinage supplémentaires"

Vendredi, en marge d'une rencontre à l'Elysée à l'occasion de la Journée de la francophonie, le président de la République avait déclaré à plusieurs journalistes que le mot "confinement" n'était "pas adapté à la stratégie présentée hier (jeudi, NDLR)".

"Ce qu'on veut, c'est freiner le virus sans nous enfermer, ce n'est pas être confiné. C'est vivre avec (le virus), je le dis depuis un an, sans fatalité. [...] Ce qu'on a appris en un an, c'est qu'il ne faut pas multiplier les interactions. Il y a une part de responsabilité individuelle. Le seul moyen, c'est de freiner ses contacts pour éviter que le virus ne se diffuse. Mais se promener dehors n'est pas mauvais", a-t-il alors ajouté.

Dans ce cadre, Emmanuel Macron a alors assuré que l'expression "mesures de freinage supplémentaires" était plus adaptée à la situation.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :