Covid-19 : pourquoi les capteurs de CO2 seront essentiels à la rentrée

·1 min de lecture

La rentrée scolaire risque d’exposer les enfants, qui n’ont pas accès à la vaccination, à une circulation élevée du variant Delta, plus contagieux et plus dangereux que ces prédécesseurs. L’aération des salles de classe sera vitale pour les protéger.

La rentrée 2021 sera-t-elle à haut risque pour les enfants ? "Ces derniers ont été très ignorés dans cette crise jusqu’à présent, parce qu’ils ne développaient pas souvent des complications conduisant à l’hospitalisation ou au décès. Mais ils se retrouveront très probablement sous les feux de la rampe du Covid-19 à la rentrée en Europe, car ce sont les seuls qui ne sont pas vaccinés et qui constitueront donc la plupart des clusters à venir", nous expliquait Antoine Flahault, directeur de l’Institut de Santé globale à l’Université de Genève, lors d’un précédent article sur . En attendant cette éventualité, la seule possibilité pour éviter ces nouveaux clusters chez les enfants est de sécuriser leurs salles de classe.Les contaminations se produisant essentiellement dans les lieux clos, bondés et mal ventilés, il faut avant tout s’organiser pendant les vacances scolaires pour sécuriser les écoles et les crèches. Il faut vérifier en continu la qualité de l’aération des salles de classe et des cantines par l’installation de capteurs de CO2 et il faut édicter une norme au-dessus de laquelle il faut interdire des rassemblements d’enfants à l’intérieur”, poursuivait-il. Mais pourquoi ces capteurs de dioxyde de carbone (CO2) sont-ils si importants ?

Un moyen facile de vérifier l’aération d’une pièce

Nous savons aujourd’hui que le coronavirus : des micro-gouttelettes que l’on expire en éternuant, toussant, parlant ou même juste en respirant, et qui restent en suspension dans l’air pendant de longues périodes. Il est estimé que l’on envoie dans l’air jusqu’à 7.200 particules d’aérosol par litre d’air expiré, dans lesquels un patient atteint de Covid-19 peut libérer jusqu’à 105 à 107 copies du génome du coronavirus ! Face à ce constat, les chercheurs encouragent depuis des mois à ouvrir les fenêtres régulièrement afin de ventiler les pièces fermées et les nettoyer de ces aérosols. Mais combien de fenêtres faut-il ouvrir ? Et pendant combien de temps ? Des questions complexes[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles