Covid-19 : vers une inversion de la courbe ?

Par Thibaut Déléaz
·1 min de lecture
Le pic de la troisième vague est encore loin d'être atteint à l'hôpital, où le nombre de patients en réanimation augmente de manière exponentielle.
Le pic de la troisième vague est encore loin d'être atteint à l'hôpital, où le nombre de patients en réanimation augmente de manière exponentielle.

Face à l'inexorable montée de la troisième vague de l'épidémie de Covid-19, l'exécutif s'est finalement résolu à prendre des mesures plus restrictives pour tout le territoire. Fermeture des écoles et des commerces, déplacements limités à 10 kilomètres? Des mesures prévues pour durer jusqu'au début du mois de mai, déjà expérimentées par les Hauts-de-France, l'Île-de-France et les Alpes-Maritimes, la Seine-Maritime et l'Eure depuis le 20 mars.

Après une hausse exponentielle entamée mi-mars ? le nombre de cas a presque doublé en trois semaines ?, l'épidémie semble a minima ralentir, voire se stabiliser. Le nombre de cas quotidiens ? en moyenne lissée sur sept jours ? est légèrement inférieur à 40 000 depuis le 28 mars. Les données sont toutefois perturbées par le week-end de Pâques, où très peu de tests ont été réalisés, donnant forcément moins de cas positifs.

L'Île-de-France fortement touchée

La bonne nouvelle, c'est que le taux de positivité a amorcé une légère baisse. Au 4 avril, 7,5 % des tests revenaient positifs, contre 8,2 % une semaine plus tôt. Cet indicateur baisse quasiment partout, notamment dans les régions les plus touchées. Il est passé de 10,9 % le 28 mars à 9,7 % le 4 avril en Île-de-France, et de 9,6 % à 8,3 % sur la même période dans les Hauts-de-France. Dans les Alpes-Maritimes, où un confinement le week-end était déjà en vigueur dès la fin février, le taux de positivité (6,6 %) est même repassé en dessous de la moyenne nationale.

C [...] Lire la suite