Covid-19 : comment des phénomènes marketing jouent sur l'hésitation vaccinale

·1 min de lecture
© Reuters

A l'heure où le variant Omicron pousse le nombre de nouveaux cas testés positifs à la Covid-19 jusqu'à 200.000 par jour, le gouvernement déploie plusieurs actions pour inciter à la vaccination : transformation du passe sanitaire en passe vaccinal , sanctions renforcées pour les détenteurs de faux QR codes, communication présidentielle lors des vœux du 31 décembre, etc. L'objectif est de réduire l'hésitation vaccinale qui concerne les 5,4 millions de Français qui n'ont pas encore reçu leur première dose. Il existe en effet une marge de manœuvre.

Spécifiquement, l'hésitation vaccinale provient de deux facteurs. Certains sont stables (comme les convictions personnelles) et se retrouvent donc à chaque campagne de vaccination, mais d'autres dépendent du contexte. Dans le cas de la Covid-19, l'une des spécificités les plus frappantes par rapport à toute autre maladie contagieuse réside dans le fait que la situation de départ est différente puisqu'il existe une pandémie plutôt qu'un état d'immunité collective.

Par conséquent, les individus sont non seulement fortement impactés par les conséquences négatives de la pandémie, mais ils voient aussi en temps réel les efforts conjoints des scientifiques et des politiques pour contrôler et contenir la crise, ce qui a fait émerger de nouvelles dimensions de l'hésitation vaccinale. Parmi ces dernières figurent notamment une méfiance due au temps développement court des vaccins, une surcharge d'informations à traiter et, plus nouveau, l'inf...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles