Covid-19 : peut-on vraiment parler de « décroissance de l’épidémie » ?

Par Thibaut Déléaz
·1 min de lecture
Dans une interview au « Télégramme », Olivier Véran assure que la situation sanitaire s'améliore, même si elle reste fragile. (Photo d'illustration)
Dans une interview au « Télégramme », Olivier Véran assure que la situation sanitaire s'améliore, même si elle reste fragile. (Photo d'illustration)

« Depuis cinq jours, nous amorçons une décroissance de l'épidémie. » C'est ce qu'affirme Olivier Véran dans une interview au Télégramme ce mardi 20 avril. Le ministre de la Santé l'assure : « Il y a moins de nouveaux cas au quotidien. » Il souligne toutefois que « cette diminution reste fragile : nous sommes toujours à un niveau très élevé de l'épidémie et la descente n'est pas encore suffisamment rapide et tranchée. Il nous faut continuer nos efforts. »

Enfin une bonne nouvelle ? Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 est difficile à suivre dans le temps depuis le début du mois d'avril, car le week-end de Pâques a créé un trou d'air dans le nombre de tests réalisés et perturbé les indicateurs. Ces derniers jours, on perçoit tout de même un début d'amélioration. Fin mars, on comptait environ 40 000 nouveaux cas par jour en moyenne ? lissée sur sept jours. Après une pointe à 42 000 le 14 avril, on amorce une descente : 32 715 cas par jour au 19 avril.

Taux de positivité en hausse

Il convient toutefois de rester prudent. Le nombre de cas baisse, mais le nombre de tests réalisés suit la même tendance. Et moins on teste, moins on trouve. On réalisait près de 550 000 tests par jour fin mars, on est désormais plutôt autour de 400 000. Le confinement, en restreignant les déplacements et les contacts, a probablement réduit le nombre de personnes se faisant tester avant de voir des proches. Et cette réduction des contacts sociaux, accentuée par la fermeture des é [...] Lire la suite