La Covid-19 peut encore tuer six mois après l'infection

Céline Deluzarche, Journaliste
·2 min de lecture

Officiellement, la Covid-19 a fait plus de 100.000 morts en France. Le problème, c’est que ces statistiques ne comptabilisent que les morts immédiatement après l’infection. Or, la Covid-19 entraîne une surmortalité très importante pendant encore plusieurs mois après. Les survivants ont ainsi 59 % plus de risques de mourir dans les six mois suivant la maladie par rapport à une personne non infectée, selon une étude parue dans la revue Nature. Cela représente 8 décès supplémentaires pour 1.000 personnes.

Quand on regarde la première phase de la maladie, on ne voit que la partie émergée de l’iceberg

« Quand on regarde la première phase de la maladie, on ne voit que la partie émergée de l’iceberg, résume Ziyad Al-Aly, chef du service de recherche et développement du centre médical VA de Saint-Louis, qui a dirigé l'étude. Mais on commence à voir ce qu’il y a sous cet iceberg, et c’est vraiment inquiétant ». Une précédente étude avait montré que 75 % des patients souffraient encore de différents symptômes six mois après l’infection (voir ci-dessous). Pour cette nouvelle étude, les chercheurs ont analysé les données de 87.000 patients atteints de la Covid-19 issues du ministère américain des Anciens combattants, et calculé la probabilité de développer des complications à long terme potentiellement mortelles.

75 % des patients Covid souffrent encore de symptômes six mois après la maladie. © Sara Moser ; adaptation C.D pour Futura
75 % des patients Covid souffrent encore de symptômes six mois après la maladie. © Sara Moser ; adaptation C.D pour Futura

La liste est impressionnante : insuffisance respiratoire, troubles neurocognitifs, anxiété, dépression, désordres métaboliques, malaises, douleurs musculaires, anémie, arythmie cardiaque, atteinte hépatique et rénale, diabète, thrombose… « Le ou les mécanismes qui sous-tendent les complications aiguës et chroniques de la Covid-19 ne sont pas entièrement clairs », admettent les auteurs. Certaines sont dues à un effet direct de l'infection virale et peuvent s’expliquer par la persistance du virus dans l’organisme ou une hyperactivation du système...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura