Covid-19 : certaines personnes non infectées auraient déjà développé une immunité

Ingrid Bernard
·3 min de lecture
Corona virus
Corona virus

Selon une étude menée par des chercheurs britanniques et publiée dans la revue Science Friday, des personnes non infectées par le SRAR-CoV-2 seraient susceptibles de développer des anticorps contre le Covid-19. Explications.

On en apprend un peu plus chaque jour sur le Covid-19. Selon une nouvelle étude menée par le Francis Crick Institute à Londres et l’University College London (UCL), un petit nombre de sujets, qui n’ont jamais été infectés par le virus SARS-CoV-2, seraient capables de développer des anticorps contre le Covid-19. L’étude a été menée sur 302 personnes. Les scientifiques ont comparé le sang de patients atteints de Covid-19 à des patients qui n’ont pas eu la maladie. Ils ont constaté que 16 adultes étaient porteurs d’anticorps IgG. Cela représente 5,3% de la population étudiée.

Autre découverte intéressante, ce serait les plus jeunes, les enfants et les adolescents de 1 à 16 ans, non infectés par le coronavirus, qui auraient majoritairement développé une immunité préexistante au Covid-19. 21 des 48 participants de cette tranche d’âge, soit 43,8%, présenteraient des niveaux d’anticorps IgG anti-SARS-CoV-2.

D’après les chercheurs, ces conclusions pourraient expliquer, en partie, pourquoi les jeunes seraient plus résistants au Covid-19 et les plus anciens plus vulnérables au virus. Les chercheurs émettent l’hypothèse que ces anticorps seraient probablement le résultat d’une exposition à d’autres coronavirus, qui provoquent un rhume et présentent des similitudes structurelles avec le SRAS-CoV-2.

Des recherches complémentaires

“Nos résultats montrent que les enfants sont beaucoup plus susceptibles de développer des anticorps à réaction croisée que les adultes. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre pourquoi, mais cela pourrait être dû au fait que les enfants sont plus régulièrement exposés à d’autres coronavirus”, confirme Kevin Ng, l’un des auteurs de l’étude et étudiant de troisième cycle au laboratoire d’immunologie du Francis Crick.

En laboratoire, les scientifiques ont étudié les anticorps présents dans le sang des personnes non infectées. Ils ont découvert qu’“ils réagissaient de manière croisée avec la sous-unité 2 du complexe protéique de pointe SRARS-CoV2”. “Ces niveaux plus élevés que nous avons détectés chez les enfants pourraient également aider à comprendre pourquoi ils sont moins susceptibles de devenir gravement malades avec le Covid-19. Cependant, il n’y a pas encore de preuves que ces anticorps préviennent l’infection par le SRAS-CoV-2 ou se propagent”, ajoute Kevin Ng.

George Kassiotis, auteur principal et chef de service du laboratoire d'immunologie de Francis Crick précise, de son côté, qu’ “il est important de souligner qu'il existe encore de nombreuses inconnues qui nécessitent des recherches supplémentaires. Par exemple, comment l'immunité à un coronavirus est-elle modifiée par l'exposition à un autre ? Ou pourquoi cette activité diminue-t-elle avec l'âge ?

Une nouvelle étude, en partenariat avec des chercheurs de l'Imperial College de Londres et de l'University College de Londres, est actuellement en cours afin de comprendre le rôle que jouent les différents anticorps et autres défenses immunitaires dans la protection contre le COVID-19 et la gravité de la maladie.

Ce contenu pourrait également vous intéresser :