Covid-19 : pour les personnes atteintes d'autisme et pour leurs proches, s'adapter à la crise sanitaire "nécessite un effort énorme"

Anne-Laure Dagnet
·1 min de lecture

La pandémie a bouleversé le quotidien de Théophile. Ce jeune Parisien de 18 ans est au lycée, avec des élèves qui n’ont pas de troubles du comportement. Mais aujourd'hui, il ne va plus à l’école le matin et n’a plus ses activités. "Qu'est ce que tu ne peux pas faire avec le coronavirus ? Pourquoi tu es malheureux de ça ?", lui demande sa maman. "Je ne peux pas aller à la piscine, pas aller au restaurant, au lycée, aller au cinéma, lui répond, un peu désolé, Théophile. Je veux reprendre une vie normale..."

>> Retrouvez ici les dernières informations sur la pandémie

Comme Théophile, 700 000 personnes souffrent d’autisme en France. La crise sanitaire a aggravé leur situation déjà compliquée à cause du manque de structures d’accueil et de moyens pour accompagner ces enfants et ces adultes dans leur quotidien.

Béatrice, la mère de Théophile, a dû s’occuper de lui en plus de son travail d’enseignante, et surtout il a fallu lui faire comprendre la situation. "C'est encore plus compliqué parce que je pense que parfois, c'est aussi difficile à expliquer, souligne-t-elle. La difficulté, c'est que tout change régulièrement et qu'on est obligés de s'adapter. Et pour eux, c'est compliqué de s'adapter. Cela nécessite un effort énorme."

"Il est persuadé qu'avec la vaccination, il va pouvoir avoir une vie normale. C'est son obsession. On a du mal à lui expliquer que ça ne va pas être comme ça tout de suite. Et j'appréhende ce moment là."

Béatrice

à franceinfo

Théophile a de la chance, une (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi