Covid-19 aux Pays-Bas : la cour d'appel suspend l'annulation du couvre-feu

·2 min de lecture

Une cour d'appel néerlandaise a suspendu, mardi, un jugement rendu plus tôt dans la journée par un tribunal de La Haye qui avait ordonné au gouvernement de lever le couvre-feu national instauré dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Le jugement final doit être rendu en fin de semaine.

La victoire des opposants au couvre-feu aura été de courte durée. À peine quelques heures après le jugement du tribunal de La Haye, ordonnant au gouvernement de mettre fin à une mesure jugée "abusive", une cour d'appel néerlandaise a suspendu, mardi 16 février, cette décision.

"Cela signifie que le couvre-feu de 21 h (20 h GMT) reste en vigueur", a précisé la télévision publique NOS. Le jugement final de la cour d'appel doit être rendu vendredi.

Le tribunal a voulu empêcher un "effet yo-yo", a déclaré le juge, en attendant l'audience de vendredi au cours de laquelle la cour doit décider si elle permet au couvre-feu de continuer jusqu'au 2 mars ou s'il doit prendre fin, comme l'avait ordonné un juge plus tôt dans la journée.

"Le couvre-feu est valable, ce soir aussi", a réagi sur Twitter le Premier ministre, Mark Rutte.

Plus tôt, le tribunal de La Haye avait statué contre cette mesure, jugeant que le gouvernement avait abusé d'une loi d'urgence afin d'instaurer le premier couvre-feu qu'a connu le pays depuis l'occupation nazie pendant la Seconde Guerre mondiale.

L'affaire avait été portée devant la justice par Viruswaarheid ("Vérité sur le virus"), un groupe opposé aux mesures de lutte contre le Covid-19, dont l'instauration du couvre-feu, et qui a organisé de nombreuses manifestations depuis le début de la crise sanitaire.

Le gouvernement néerlandais avait annoncé, début février, prolonger le couvre-feu national, en vigueur de 21 h à 4h30 depuis le 23 janvier, jusqu'au 2 mars.

Plus tôt mardi, au cours d'une conférence de presse, le Premier ministre, Mark Rutte, avait appelé les Néerlandais à "continuer à respecter le couvre-feu", jugeant cette mesure nécessaire.

Avec AFP