Covid-19 : les patients décédés avec le variant breton n'étaient pas vaccinés, contrairement à ce qu'affirment des messages sur les réseaux sociaux

Thomas Pontillon
·1 min de lecture

Contrairement à ce qu'affirment des messages partagés plusieurs milliers de fois sur les réseaux sociaux depuis mardi 16 mars, les huits personnes décédées et porteuses du variant détecté en Bretagne n'étaient pas vaccinées, selon l'Agence régionale de santé.

D'après l'ARS de Bretagne, sept d'entre eux n'avaient jamais reçu d'injection contre le covid-19. L'une des personnes avait reçu une première dose mais cela ne signifie pas que le vaccin est inefficace contre ce variant selon les autorités sanitaires régionales. Pour conclure à un échec vaccinal, il faut qu'un patient ait reçu ses deux doses et qu'il tombe malade 14 jours plus tard, ce qui n'est pas le cas ici.

Des patients âgés et atteints de comorbidités

Lors d'une conférence de presse mardi 16 mars, Stéphane Mulliez, le directeur de l'Agence régionale de santé, avait indiqué que ces huit patients étaient "assez âgés" et avaient "des facteurs de comorbidité importants".

Les premières analyses de ce nouveau variant, plus difficile à détecter, "ne permettent de conclure ni à une gravité ni à une transmissibilité accrues par rapport au virus historique", a assuré la direction générale de la Santé en début de semaine. Aujourd'hui, trois variants dans le monde sont considérés comme particulièrement préoccupants, les variants anglais, sud-africain et brésilien, notamment pour leur caractère potentiellement plus transmissible.

Pour avoir une meilleure connaissance de la diffusion de ce variant breton, une "enquête (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi