Covid-19: le Parlement ghanéen fermé pour 3 semaines en raison de nombreuses contaminations

·3 min de lecture

Cette fermeture permettra de désinfecter les locaux et de mettre en quarantaine les malades. Au total, 17 parlementaires et 151 membres du personnel ont tous été testés positifs au nouveau coronavirus. C’est désormais la vigilance qui s’impose à l’Assemblée nationale du Ghana.

La décision de fermer le Parlement a été prise mardi 9 février après-midi par son président Alban Bagbin en concertation avec le chef de l'opposition parlementaire Haruna Iddrisu. Une décision nécessaire pour le porte-parole de l'Assemblée nationale, Kate Addo : « Nous avions fait des tests et certains ont été positifs. Les députés infectés ont été priés de s'isoler, mais au fur et à mesure que nous menions nos activités, les gens continuaient à être contaminés. Il était donc logique de faire une pause, de récupérer et puis de revenir. »

Déjà la semaine dernière, les députés ghanéens ont été obligés de réduire leurs réunions à deux sessions par semaine pour limiter la propagation du virus, mais rien n’y a fait : les cas ont continué à augmenter. Des députés avaient même pointé du doigt le manque de prudence de certains de leurs membres. C’est le cas du député Clément Apaak, à la tête de la circonscription Builsa South à l’est du Ghana. Il avait accusé certains parlementaires de dissimuler le virus et de continuer à venir au Parlement malgré le danger qu’ils posaient aux autres, et pour éviter un cluster, il avait appelé à la suspension du Parlement. C’est désormais chose faite.

Vers un confinement ?

Si le Parlement est fermé, l’activité continue. Ce n’est que l’hémicycle qui ferme ses portes, a expliqué Kate Addo, directrice des Affaires publiques du Parlement, au micro de notre correspondante à Accra, Marine Jeannin. « Le Parlement est ajourné pour les trois prochaines semaines. Cela signifie que l’Assemblée ne siègera pas. Il n’y aura aucune activité en séance plénière. Toutefois, le travail des commissions continue, notamment les commissions de nominations qui travaillent directement auprès du président Nana Akufo-Addo pour le remaniement ministériel. »

Des salles de comités resteront ouvertes, notamment pour que les députés puissent valider les nominations de nouveaux ministres. Le processus a commencé ce mercredi 10 février à huis-clos. Néanmoins, le public pourra suivre les décisions en ligne, une seule chaine de télé est autorisée, celle de l’organisme public.

Les activités parlementaires seront donc ralenties mais pourront se poursuivre à distance, conformément aux recommandations des autorités sanitaires. « Les députés qui auront besoin de travailler en groupe, de communiquer entre eux, pourront le faire en télétravail. Nous avons prévu plusieurs réunions virtuelles, si besoin est. »

À noter que la fermeture du Parlement intervient alors que le Ghana subit une deuxième vague de Covid-19 particulièrement virulente. Le pays compte désormais plus de 73 000 cas et près de 500 décès. Une situation qui a poussé l’association national des médecins à lancer un appel pour un reconfinement total. Le Parlement doit en principe rouvrir le 2 mars prochain mais cela dépendra bien sûr de l’évolution de la situation sanitaire.