Covid-19: Paris demande aux préfets d’insister sur le télétravail auprès des entreprises

·2 min de lecture

« Télétravailler dès que c’est possible » : face à l’accélération de l’épidémie de coronavirus, le gouvernement français pousse les entreprises et les administrations à jouer le jeu du télétravail. Alors que trop d’employeurs, notamment du secteur privé, traînent des pieds, l’exécutif a demandé vendredi 19 mars aux préfets des actions pour renforcer le recours au télétravail.

Selon l’exécutif, la règle des 4 jours télétravaillés et 1 jour en présentiel est une mesure indispensable pour lutter contre l’épidémie. En effet, la dernière étude de l’institut Pasteur indique que 15% des contaminations se feraient sur le lieu de travail.

Actuellement, le nombre de salariés en télétravail reste toutefois inférieur à celui du confinement de novembre. Bien que dans la fonction publique il soit en augmentation depuis le début de l’année, il reste insuffisant avec un taux moyen de 55%.

Quant aux salariés du secteur privé, seulement 12% d’entre eux y recourent occasionnellement et 58% ne le pratiquent pas du tout. Le conseil, les banques et les assurances, qui font figure de mauvais élèves, ont déjà été rappelés à l’ordre par la ministre du travail Élisabeth Borne… sans résultat.

Les préfets doivent établir « des contacts » avec les entreprises

Le gouvernement passe donc à la vitesse supérieure. Il demande aux préfets des zones confinées d’établir un plan d’action pour renforcer le respect de l’application du protocole sanitaire.

Parmi leurs prérogatives, ils pourront mener « des contacts plus systématiques avec les entreprises » pour les convaincre d’employer davantage le télétravail, mais aussi de mener des actions de sensibilisation auprès « du grand public, des partenaires sociaux et des chambres de commerce ». Ils sont également chargés de produire un suivi régulier qui permettra de mesurer l’évolution du télétravail.

À écouter aussi : Santé mentale des Français: «L'impression d'un burn-out généralisé, les gens vont très mal»