Covid-19 : pénurie de masques, retard de confinement… ces défaillances multiples qui ont touché les Ephad au printemps 2020

France 3
·2 min de lecture

Entre février et juillet 2020, le Covid-19 a emporté plus de 15 000 résidents d’Ehpad. Soit plus d'un tiers des victimes de l'épidémie pendant cette période. Comment ces personnes âgées, vulnérables, ont-elles été prises en charge ? "Pièces à conviction" a enquêté sur les causes de défaillances multiples. En ce qui concerne les masques, par exemple : la plupart des maisons de retraite n'en ont été équipées que fin mars.

L'épidémie de coronavirus a touché la région Grand Est, où commence cette enquête de "Pièces à conviction" (à voir le 18 novembre 2020), deux semaines avant le reste de la France. Dans les Ehpad de la région, le virus avait déjà fait 570 morts à la fin du mois de mars 2020. Sa diffusion a été aggravée par la pénurie d'équipements de protection. Notamment de masques.

Les masques font partie des dotations de l'Etat, lesquelles sont gérées par les Agences régionales de santé (ARS) au niveau local. Au moment du pic de l'épidémie, l'ARS Grand Est était dirigée par Christophe Lannelongue. Interrogé par les journalistes de "Pièces à conviction", il dit avoir alerté le ministère de la Santé dès le 17 février sur le manque de masques dans sa région. Sans résultat, selon lui.

"Il y a des gens qui n'ont pas eu les masques qu'ils auraient dû avoir"

L'ancien directeur de l'ARS estime que l'on aurait pu gagner dix jours en passant commande de ces masques début mars. La région ne les a finalement reçus qu'à partir du 26 mars. En quantité insuffisante, explique-t-il : "2,2 millions, puis 2,8 millions" par semaine, quand les besoins étaient de "4,5 millions de masques chirurgicaux, dont 2 millions pour les Ehpad."

"Finalement, conclut-il, les Ehpad vont être les parents pauvres. Et ça veut dire qu'il y a, comment dire, des bavures. Il y a des gens qui n'ont pas (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi