Covid-19 : oui, il faut porter son masque de protection à l’intérieur dans certains cas

Johanna Amselem
·2 min de lecture
Waiter wearing protective face mask while disinfecting tables at outdoor cafe.

Pour la quatrième fois, l’Organisation mondiale de la Santé publie ses recommandations sur le port du masque.

L’Organisation mondiale de la Santé a mis une nouvelle fois ses recommandations à jour concernant le Covid-19. Ce mercredi 2 décembre, l’OMS encourage les habitants du monde entier à porter des masques de protection à l’intérieur quand la ventilation est jugée inadéquate et en présence d’autres personnes.

L'OMS conseille au grand public de porter un masque non médical à l'intérieur (par exemple, les magasins, les lieux de travail partagés, les écoles) ou à l'extérieur où une distance physique d'au moins un mètre ne peut pas être maintenue”, indique l’Organisation mondiale de la Santé. Avant d’ajouter : “À l'intérieur, à moins que la ventilation n'ait été jugée adéquate, l'OMS conseille au grand public de porter un masque non médical, indépendamment du fait que la distance physique d'au moins un mètre puisse être maintenue”.

Que penser de l’écran facial ?

Dans sa recommandation, l’OMS conseille également de ne pas porter de masque pendant une activité physique vigoureuse et de pas choisir des masques à valves qui peuvent contourner la fonction de filtration du masque. De plus, l’agence onusienne appelle à utiliser les masques dans les établissements de soins de santé. Ainsi, elle préconise “le masquage universel pour toutes les personnes (personnel, patients, visiteurs, prestataires de services et autres) au sein de l'établissement de santé (y compris les niveaux de soins primaires, secondaires et tertiaires ; les soins ambulatoires ; et les établissements de soins de longue durée)”. L’OMS recommande aussi le port de masques par les patients hospitalisés lorsque la distance physique d'au moins un mètre ne peut être maintenue.

Via ce nouvel avis, les experts ont également formulé leur point de vue concernant le port des écrans faciaux. Selon eux, ces derniers “fournissent un niveau de protection oculaire uniquement et ne doivent pas être considérés comme un équivalent aux masques” concernant la barrière aux gouttelettes infectées. Toutefois, ils peuvent représenter une alternative pour ceux qui souffrent de troubles cognitifs, respiratoires, etc.

Ce contenu peut également vous intéresser :