Covid-19. Omicron serait moins nocif que Delta pour les poumons

·1 min de lecture

Six études, encore préliminaires, laissent penser que le variant Omicron provoquerait moins de dégâts dans les poumons que les variants précédents du Sars-CoV-2.

De plus en plus d’éléments indiquent que le variant Omicron du Sars-CoV-2 est plus susceptible d’infecter la gorge que les poumons, ce qui, selon les scientifiques, pourrait expliquer pourquoi il semble être plus contagieux mais moins létal que les variants précédents du virus, relate The Guardian.

Six études, dont quatre publiées depuis la veille de Noël, vont dans ce sens. Elles sont préliminaires et leurs résultats doivent encore être confirmés, d’autant qu’il s’agit essentiellement de travaux réalisés sur des modèles animaux.

À lire aussi: Covid-19. Omicron sera-t-il le dernier variant inquiétant ?

Le virologue Deenan Pillay, de l’University College de Londres, au Royaume-Uni, explique :

Omicron semble être plus apte à infecter les voies respiratoires supérieures, c’est-à-dire les cellules de la gorge. Il se multiplierait donc plus facilement dans ces cellules que dans celles des poumons.”

Si le virus infecte davantage de cellules dans la gorge, cela le rend plus transmissible, ce qui contribuerait à expliquer la propagation rapide d’Omicron. En revanche, un virus capable d’infecter les tissus pulmonaires serait en principe plus dangereux et moins transmissible.

Moins grave chez la souris

Parmi les études préliminaires, le quotidien cite celle d’une équipe du

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles