Omicron : plus d’hospitalisations d’enfants aux États-Unis, mais moins de formes graves

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·3 min de lecture
Young girl is lying in a hospital bed
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Santé
    Santé

À la fin du mois de décembre, les hospitalisations des moins de 18 ans étaient au plus haut dans le pays. Les experts alertent sur l’importance de la vaccination.

C’est un nouveau record qui suscite l’inquiétude. Aux États-Unis, les hospitalisations d’enfants malades du Covid-19 ont augmenté de 66% à la fin du mois de décembre par rapport à la semaine précédente. Selon les chiffres des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), 378 nouvelles admissions ont été enregistrées dans le pays. Les experts alertent sur l’importance de vacciner les plus jeunes et soulignent la contagiosité très élevée du variant Omicron.

VIDÉO - Covid-19 en France : le variant Omicron, une menace pour l'hôpital ?

Une flambée de cas due au variant Omicron

Ce phénomène s’explique en partie par la flambée de cas due au variant Omicron à travers le pays, comme c'est le cas en France. "Davantage d’enfants sont infectés par ce virus hautement transmissible, et avec cela, il y aura naturellement davantage d’hospitalisations d’enfants", a déclaré mercredi lors d’un point presse le Dr Anthony Fauci, conseiller de la Maison Blanche sur la crise sanitaire.

Le médecin a également distingué deux cas de figure : les enfants qui se retrouvent à l’hôpital à cause du Covid-19 et ceux qui ont été hospitalisés à cause d’une autre maladie et à qui on a diagnostiqué le Covid-19.

L’autre responsable est le taux de vaccination bien plus bas chez les plus jeunes. Fin décembre, moins de 15 % des 5-11 ans et seulement un peu plus de 50 % des 12-17 ans étaient entièrement vaccinés aux États-Unis. "Nos adolescents hospitalisés sont quasiment exclusivement non vaccinés", a souligné Jim Versalovic, de l’hôpital pour enfants du Texas à Houston.

VIDÉO - Covid : vaccination pour les enfants en France, autorisation du Novavax en Europe

Moins de cas graves

Cependant, la proportion de cas graves chez les mineurs reste toutefois bien moins élevée que pour les autres tranches d’âge. "À partir de ce que nous pouvons voir aujourd’hui, Omicron ne cause pas d’infections plus sévères, a déclaré Jim Versalovic. On dirait que nous avons affaire à une plus grande proportion de cas modérés."

C’est actuellement l’hypothèse dominante pour les adultes aussi, mais davantage de recul sera nécessaire pour l’affirmer avec certitude. "La conclusion finale sur le niveau de gravité chez les enfants reste à déterminer", a jugé Anthony Fauci.

Mais "même si un petit pourcentage d’enfants développe un cas grave, un petit pourcentage d’un grand nombre donne un grand nombre", a précisé le pédiatre Henry Bernstein qui estime que c'est "une réelle inquiétude". Des cas modérés de la maladie peuvent déboucher sur des cas de Covid long ou sur des cas graves de syndrome inflammatoire multisystémique pédiatrique (MIS-C), qui ne se déclenchent que plusieurs semaines après l’infection.

VIDÉO - Un nouvel an sous Omicron : le variant est désormais majoritaire en France

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles