Covid-19 : Omicron est désormais majoritaire en France et s'impose dans le reste du monde

·2 min de lecture

Désormais majoritaire en France, le variant Omicron s'impose rapidement dans le reste du monde, à quelques heures de la nouvelle année.

Le variant Omicron est désormais majoritaire parmi les infections au Covid-19 en France, où le virus a connu une "progression importante" ces derniers jours, a indiqué Santé publique France. "62,4% des tests criblés montraient un profil compatible avec le variant Omicron" au début de la dernière semaine de l'année, contre 15% la précédente, a constaté l'agence publique dans sa dernière enquête hebdomadaire, publiée jeudi 30 décembre 2021 au soir.

Cette progression d'Omicron était attendue. Le variant est particulièrement contagieux et était déjà devenu majoritaire dans d'autres pays européens comme le Royaume-Uni et le Portugal. Il a contribué à la flambée actuelle de cas en France : 208.000 cas ont été enregistrés en 24 heures mercredi, comme l'annonçait le ministre de la santé Olivier Véran. Au total, les hôpitaux français accueillent 18.321 patients Covid dont 1.922 nouveaux admis uniquement entre mercredi et jeudi, et plus de 3.500 malades en soins critiques.

Face au raz-de-marée de contaminations, le gouvernement a annoncé lundi de nouvelles mesures de restrictions sanitaires comme . L'épidémie a fait au total 123.552 morts en France.

En réanimation : l'exemple de Saint-Denis

"90% de nos patients sont non-vaccinés", explique le Dr. Daniel Silva, chef de service à l'hôpital Delafontaine à Saint-Denis. "Et ceux qui sont vaccinés ont la particularité, du fait d'un traitement ou d'une maladie, d'avoir des facteurs d'immunosuppression", soit un système immunitaire particulièrement vulnérable, poursuit-il.

Sur les 18 lits du service, la moitié (et bientôt plus) est occupée par des malades du Covid-19. "La moyenne d'âge est de 49 ans", précise Daniel Silva, dont le patient le plus jeune a 34 ans. Le service, "saturé depuis début octobre", était monté à 32 lits au pic de la première vague de l'épidémie en 2020.

Au-delà de la pression croissante exercée sur le service, qui ne peut plus prendre en charge les patients atteints de Covid-19 amenés par le Samu, la crainte po[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles