Covid-19: Olivier Véran craint "une vague plus forte"

·2 min de lecture

"On estime être passé de quelque 500 patients environ par jour atteints de ces variants au début du mois de janvier, à plus de 2.000 patients par jour" actuellement, a exposé le ministre Olivier Véran lors d'un point presse, alors que l'exécutif s'apprête dans les jours qui viennent à renforcer les restrictions sanitaires.

Le nombre de cas de variants du coronavirus est passé de 500 par jour au début du mois de janvier à 2.000 aujourd'hui, a déclaré jeudi le ministre de la Santé Olivier Véran, qui craint une vague épidémique "plus forte encore que les précédentes".

"On estime être passé de quelque 500 patients environ par jour atteints de ces variants au début du mois de janvier - c'est plus élevé que ce que nous pensions -, à plus de 2.000 patients par jour" actuellement, a exposé le ministre lors d'un point presse, alors que l'exécutif s'apprête dans les jours qui viennent à renforcer les restrictions sanitaires.

Lire aussi :Augmentation des hospitalisations en France, l’OMS prépare son enquête… le point sur le coronavirus

"Essentiellement, c'est le variant découvert en Angleterre", mais également à très faible niveau "du variant d'origine sud-africaine", a-t-il précisé.

"Les enseignements que nous tirons des pays dans lesquels ces variants ont circulé plus tôt et plus fort que chez nous sont qu'ils sont susceptibles d'entraîner une vague épidémique très forte, plus forte encore que les précédentes compte-tenu de la forte contagiosité de ces variants", a ajouté le ministre.

"Le fait que ces variants se propagent dans notre pays nous laisse penser que le couvre-feu et l'ensemble des mesures de contrôle sont certes utiles mais probablement pas suffisantes", a-t-il insisté. "Ces variants, je les considère un peu comme des nouveaux virus appelant de nouvelles mesures pour nous protéger", a-t-il ajouté, évoquant aussi une "épidémie dans l'épidémie". Le ministre a comparé la situation actuelle à celle ayant précédé le précédent confinement à l'automne, avec 3.100 malades du Covid en réanimation aujourd'hui, contre "3.300 ou 3.400" en(...)


Lire la suite sur Paris Match