Odeurs de poisson ou de pain grillé, le Covid-19 pourrait provoquer d'étranges séquelles olfactives

·2 min de lecture
Certains patients souffrant d'hallucinations olfactives évoquent des montées soudaines d'odeur de pain grillé

Un éminent professeur britannique a mis en évidence des séquelles inattendues chez certains de ses patients qui avaient été infectés par le coronavirus. Plusieurs semaines après avoir guéri du Covid, ceux-ci souffrent en effet d’hallucinations olfactives particulièrement incommodantes.

Un effet secondaire des plus désagréables. D’après le Professeur Nirmal Kumar, président de l’association des oto-rhino-laryngologistes britanniques, certains anciens malades du Covid-19 développent, plusieurs semaines après leur guérison, d’étranges troubles de l’odorat.

Une “distorsion de l’odorat”

Au moment de la première vague de la pandémie en Europe, au printemps dernier, ce médecin anglais avait été l’un des premiers scientifiques à mettre en évidence l’anosmie (perte de l’odorat), comme l’un des symptômes du Covid-19.

À LIRE AUSSI >> Covid-19 : devez-vous être vaccinés si vous avez déjà été malades ?

Quelques mois plus tard, l’éminent ORL affirme que la maladie pourrait laisser en séquelle une forme de parosmie, c’est-à-dire une “distorsion de l’odorat, et le plus souvent de façon désagréable, malheureusement”, selon les mots du Professeur Kumar, cité par Sky News.

Des odeurs de poisson, de pain grillé ou de soufre...

Selon le scientifique, ces symptômes “dérangent vraiment les patients et affectent fortement leur qualité de vie”. “Plus rien ne sent comme il devrait, témoigne l’une de ses patientes. La plupart des choses ont une odeur dégoûtante, une sorte d’odeur doucereuse difficile à décrire car je ne l'avais jamais rencontrée auparavant”. D’après Sky News, ces hallucinations olfactives peuvent aussi prendre la forme d’odeurs de poisson, de pain grillé ou de soufre.

“Ce virus a une affinité avec les nerfs de la tête et en particulier avec le nerf qui contrôle l'odorat, explique le Professeur Kumar. Mais il affecte probablement d'autres nerfs aussi et notamment les neurotransmetteurs - les nerfs qui envoient des messages au cerveau. Nous ne connaissons pas les mécanismes exacts, mais nous essayons de trouver des moyens d'aider les patients à se rétablir.”