Covid-19 : où en est le développement d’un vaccin en spray nasal pour stopper la transmission du virus ?

·2 min de lecture

Une équipe de l’INRAE-Université de Tours travaille sur un vaccin contre le Covid-19 sous forme de spray nasal, qui permettrait de stopper la transmission du virus en assurant une immunité locale au niveau des muqueuses du nez : la mise sur le marché est pour l’instant envisagée en 2023.

Le port du masque, l’utilisation fréquente de gel hydroalcoolique, la distanciation sociale… Les gestes barrières limitant la propagation du Covid-19 font désormais partie de notre quotidien depuis le début de l’épidémie en 2019. Pourtant, d’après Isabelle Dimier-Poisson, responsable de l’équipe de recherche BioMAP INRAE-Université de Tours, un "retour à la vie pré-pandémie" est envisageable : elle et son équipe travaillent en ce moment même sur un projet de vaccin contre le virus du Covid-19 qui permettrait d'en empêcher totalement la transmission.

La voie nasale pour une immunité locale

Ce candidat vaccin, “100% français”, serait administré par voie nasale, en deux injections à trois semaines d’intervalle : pas de piqûre intramusculaire, pas d’aiguille au bout de la seringue, simplement un embout permettant de déposer la bonne quantité de produit dans le nez.

L’avantage de cette méthode, c’est qu’elle permettrait d’assurer une immunité locale au niveau des muqueuses nasales qui protègera la personne vaccinée dans le cas où elle contracterait la maladie : c'est ce qui fait qu'on parle quand même de "vaccin", même si son instillation n'implique pas la piqûre à laquelle nous sommes toutes et tous habitués. En fait, ces vaccins injectés par voie intramusculaire ne permettent pas d'immunité locale. Ils assurent une protection contre les formes graves et modérées de la maladie, car ils provoquent une réponse générale du système immunitaire. Cependant, ils n’empêchent pas de contracter le virus en question ! Même vacciné, il est possible d'attraper le Covid-19 et, surtout, de le transmettre.

Un vaccin qui se veut adapté aux futurs variants

Un vaccin qui cible les muqueuses nasales, en revanche, empêcherait la contagion car il stopperait le virus directement “à la porte”, au stade initial de l’infection (le nez, donc). Cela contrecarrerait totalement les plans du virus, qui ne pourrait plus aller se multiplier jusque dans les poumons de son hôte. Lors des essais préclin[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles