B.1.640.2 : faut-il s’inquiéter de ce nouveau variant du Covid-19 ?

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Il s’agit d’un sous-lignage du variant B.1.640. (Getty Images/Science Photo Libra)
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Santé
    Santé

L'IHU de Marseille aurait découvert la présence d'un nouveau variant au mois de décembre. Explications.

Depuis quelques semaines, un nouveau variant du Covid-19 agite la communauté scientifique. Alors que le monde se bat actuellement contre la vague Omicron, c’est un tout autre nom qui est sur de nombreuses lèvres : le variant B.1.640.2.

Rembobinons. Au début du mois de décembre, l’IHU Méditerranée Infection, dirigé par le Professeur Didier Raoult, révélait l’existence d’un nouveau variant. Et, à ce sujet, les chercheurs ont publié une pré-étude concernant ce variant dit "IHU". Une recherche non validée par la communauté scientifique et mise en ligne sous le nom "Émergence dans le sud de la France d’un nouveau variant du SARS-CoV-2 d’origine probablement camerounaise, abritant à la fois les substitutions N501Y et E484K dans la protéine de pointe".

Un cluster de 12 patients

Selon l’équipe de l’IHU, ce nouveau variant est porteur de 46 mutations et de 37 délétions, dont 23 sont localisées sur la protéine spike. Il s’agit d’un sous-lignage du variant B.1.640. Ce dernier avait été identifié en France fin octobre, il avait été détecté en République du Congo à la fin du mois de septembre.

"Depuis le 8 décembre 2021, le lignage B.1.640 a été divisé en deux sous-lignages : B.1.640.1 et B.1.640.2", notait Santé Publique France dans un rapport publié le 15 décembre. Ce variant avait été détecté dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur fin novembre 2021 et le patient serait un habitant de Forcalquier revenu récemment du Cameroun. Depuis un groupe de douze malades a été identifié dans ce village des Alpes de Haute-Provence.

Placé "sous surveillance"

Le premier cas n’est pas si nouveau. Il a été identifié, à Paris, le 4 novembre dernier. "Une lignée qui existe déjà, a déjà été identifiée, et qui est appropriée par une plateforme de séquençage, nommée en dépit du bon sens…", avait précisé un scientifique dans les colonnes du Parisien

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) s’est déjà intéressée à ce variant. Ce dernier a été placé "sous surveillance". Pour le moment, ce variant circule à des niveaux très bas et des études sont en cours pour déterminer avec précision sa dangerosité et sa contagiosité.

VIDÉO - Variant Omicron : "Plus il se répand et plus il se réplique", selon l'OMS

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles