Covid-19: la Norvège serre la vis face à la menace d'une troisième vague

·2 min de lecture

Pour éviter un rebond de la pandémie de Covid-19 sur son territoire, la Norvège a annoncé ce dimanche 3 janvier de nouvelles restrictions.

Son pays a l'un des taux de contamination au Covid-19 les plus faibles d'Europe. Mais pour la Première ministre norvégienne Erna Solberg, force est de constater en ce début d'année que l'épidémie de coronavirus n'a pas pris de vacances. « Nous voyons déjà des signes d'une nouvelle vague. Le nombre de cas augmente et l'infection se propage dans de nouvelles zones », a-t-elle rapporté ce dimanche, appelant ses compatriotes à « mettre sur pause leur vie sociale pendant deux semaines ».

Si les bars et restaurants restent ouverts, il est en revanche interdit d'y servir de l'alcool. Parmi les autres restrictions détaillées par la cheffe du gouvernement figure la limitation à cinq personnes des événements privés en intérieur et à 10 pour les événements publics, et la fermeture des universités. Ces mesures sont valables jusqu'au 18 janvier.

48 278 cas et 436 décès

Cette décision intervient après la découverte de cinq cas de Covid-19 liés au nouveau variant du coronavirus apparu au Royaume-Uni et présenté par le gouvernement britannique comme plus contagieux. Au 30 décembre, le pays de 5 millions d'habitants recensait 48 278 cas de Covid-19 et 436 décès.

Mi-décembre, la Norvège avait annoncé la prolongation jusqu'à la deuxième quinzaine de janvier de ses restrictions sanitaires pour éviter un rebond de l'épidémie. Oslo recommande un confinement volontaire en invitant sa population à rester chez soi et limiter les contacts sociaux, et impose une quarantaine de sept jours – assortie de deux tests négatifs – aux personnes arrivant de l'étranger.

Des restrictions locales ont aussi été mises en place dans les endroits où l'épidémie est la plus virulente. Ainsi, dans la capitale, salles de sport, cinémas et théâtres notamment sont fermés, et le port du masque est obligatoire dans les espaces publics fermés.

(Avec AFP)