Covid-19: la Norvège repousse sa réouverture totale à cause du variant Delta

·2 min de lecture

La Norvège a remis "à fin juillet, début août" au plus tôt la levée quasi-totale de ses restrictions sanitaires afin de contrer une éventuelle vague liée au variant Delta. L'épidémie est toutefois sous contrôle dans le pays.

La Norvège a remis ce lundi "à fin juillet, début août" au plus tôt la levée quasi-totale de ses restrictions sanitaires afin de se prémunir contre une éventuelle quatrième vague de la pandémie de Covid-19 due au variant Delta.

"L'évolution reste positive", a déclaré lors d'une conférence de presse la Première ministre Erna Solberg, mais "nous choisissons d'attendre de voir comment (...) le variant Delta affecte la situation".

"Le risque d'une réouverture trop rapide est, entre autres, que le variant Delta puisse générer une quatrième vague au sein de la partie de la population qui n'est pas vaccinée, dans les groupes de personnes qui n'ont reçu qu'une seule dose et les groupes vulnérables avec un système immunitaire affaibli", a-t-elle expliqué.

Freiner le développement du variant Delta

La Norvège, où l'épidémie de Covid-19 est largement sous contrôle, avait amorcé le 18 juin la troisième phase de son plan de levée des restrictions qui en compte quatre, et aurait pu en théorie s'engager dans la dernière étape une quasi-normalisation de façon imminente.

Mais le gouvernement a donc choisi de se donner plus de temps face à la propagation du variant Delta, particulièrement contagieux, qui, selon Erna Solberg, pourrait devenir dominant dans le pays "d'ici à quelques semaines".

"Il est important de freiner ce développement", a affirmé la cheffe du gouvernement. Quelque 63,6% de la population adulte a reçu au moins une première dose de vaccin anti-Covid en Norvège. 

47,32 nouveaux cas pour 100.000 habitants

Le pays scandinave, qui compte 5,4 millions d'habitants, n'utilise que les vaccins à ARN messager (Pfizer/BioNTech et Moderna) dans son programme de vaccination. 

Il a renoncé au vaccin AstraZeneca et réserve celui de Johnson & Johnson aux seuls volontaires (dans des cas spécifiques) à cause des effets secondaires rares mais graves que ces vaccins peuvent provoquer. Selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), la Norvège affiche un taux d'incidence du virus de 47,32 nouveaux cas pour 100.000 habitants au cours des 15 derniers jours, avec une mortalité très faible.

Article original publié sur BFMTV.com

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles