Covid-19: de nombreux parlementaires "cas contacts" d'Emmanuel Macron s'isolent

·2 min de lecture

De nombreux parlementaires ayant fréquentés Emmanuel Macron la semaine dernière se sont placés en isolement après l'annonce du diagnostic d'une contamination du président de la République à la Covid-19.

Le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand (LREM), "cas contact" d'Emmanuel Macron testé positif au Covid-19, s'est isolé, a indiqué jeudi la présidence de l'institution dans un communiqué.

Lire aussi:Emmanuel Macron diagnostiqué positif au coronavirus

Le ministre des Relations avec le Parlement Marc Fesneau (MoDem), qui a vu à plusieurs reprises le chef de l'Etat cette semaine, notamment lundi avec la Convention citoyenne pour le climat, s'est également placé à l'isolement, a annoncé son entourage à l'AFP.

Certains présidents de groupes politiques comme Valérie Rabault (PS) ou Olivier Becht (Agir ensemble) qui, comme le président de l'Assemblée nationale, ont déjeuné mardi avec le chef de l'Etat, ont annulé leurs rendez-vous ou se sont isolés, ont indiqué à l'AFP des sources parlementaires.

"Conformément aux consignes sanitaires en vigueur, le président de l'Assemblée nationale s'isole dès maintenant pour une période de sept jours. Il effectuera ensuite un test RT-PCR. Il continue à exercer ses fonctions", est-il précisé dans le communiqué de la présidence.

Olivier Becht a aussi souligné auprès de l'AFP qu'il appliquait "le principe de précaution" et s'isolait "en circonscription", précisant que c'était la "6e fois" qu'il était cas contact.

Mais il estime avoir "peu de chances" d'avoir attrapé le Covid-19 car il était loin d'Emmanuel Macron à table. Il relève cependant que "la pièce n'était pas aérée".

Le patron des députés communistes André Chassaigne, qui a déjà été atteint par le coronavirus lors de la première vague, s'est isolé, selon le PCF.

Mme Rabault va se faire tester jeudi et a annulé ses rendez-vous en circonscription, a détaillé le groupe PS.

Damien Abad (LR) n'a "pas encore reçu d'appel de(...)


Lire la suite sur Paris Match