Covid-19 : Nice en état d'alerte

·2 min de lecture

Face à l’explosion des contaminations au Covid, le confinement est renforcé sur la baie des Anges.

Dans sa chambre au 6e étage de l’hôpital l’Archet, à Nice, prisonnière de tuyaux qui lui compressent les narines, Béatrice est sous le choc. « Tout est allé si vite. » Quinze jours avant, elle a eu un peu de fièvre, des quintes de toux et a souffert d’une grande fatigue. « C’était supportable. A 48 ans, on surmonte tout », pensait-elle. La nuit du 27 au 28 décembre, la panique la saisit : « J’ai pensé au pire, à la mort et à mes six enfants, orphelins. » Elle est diabétique, avec une forte tension artérielle ; son état se détériore. Les petites lunettes d’oxygénation à faible débit ne suffisent plus, il faut passer au haut débit et la transférer en soins intensifs, au sein de l’unité Covid, où cinq nouveaux lits ont été ouverts. « J’arrive enfin à respirer », dit-elle.Mais l’angoisse reste palpable : du 25 décembre au 4 janvier, 63 patients ont succombé au Covid dans les Alpes-Maritimes.

Lire aussi: Variants du covid-19 : Il faut être "très attentif au milieu scolaire", avertit Jérôme Salomon

A Nice, les hospitalisations sont reparties à la hausse. D’astreinte le soir du réveillon, le professeur Michel Carles, infectiologue à l’Archet, explique avoir reçu une dizaine d’appels. « Il a fallu orienter les patients vers des hospitalisations d’urgence, à commencer par cette jeune fille de 26 ans, atteinte d’une pneumopathie grave. Cinq ont été admis en infectiologie, trois transférés vers d’autres établissements. »

Lire aussi:Covid-19 : l'espoir sous escorte

Le 4 janvier, dans le département, on comptait 173 patients hospitalisés et 57 autres en réanimation. Derrière son ordinateur, le professeur, les traits tirés, est préoccupé : « On est face à un pic plus élevé que lors de la première vague et face à une absence de(...)


Lire la suite sur Paris Match