Covid-19 : "Ce n'est pas tellement le fait de partir en exode en province qui pose un souci, ce sont les allers-retours", pointe un infectiologue

franceinfo
·1 min de lecture

"Ce n'est pas tellement le fait de partir en exode en province qui pose un souci, ce sont les allers-retours", a pointé vendredi 2 avril sur franceinfo Benjamin Davido, infectiologue à l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine) à la veille du week-end de Pâques durant lequel les déplacements sont tolérés par le gouvernement malgré les risques de propagation du virus.

franceinfo : Si on prend, par exemple, ce qui s'était passé au printemps 2020 ou à l'automne dernier, est-ce qu'il y a eu propagation du virus dans les régions d'accueil de ceux qui quittent les métropoles ?

Benjamin Davido : C'est très compliqué parce qu'au printemps dernier, on n'avait pas les outils de surveillance. On a eu l'impression, en tout cas, qu'il y a eu quand même une grande disparité à l'époque avec des grands foyers épidémiques : l'Île-de-France, le Grand Est, PACA et que globalement, la plupart des régions était préservée. Ce qu'il faut comprendre finalement, c'est que ce n'est pas tellement le fait de partir en exode en province qui pose un souci, ce sont les allers-retours, c'est-à-dire les brassages de population et donc le brassage du virus inhérent, avec d'autant plus des variants différents selon les régions. Et d'ailleurs, des variants qui n'expliquent pas forcément la montée en puissance de l'épidémie parce qu'on a des régions comme en Bretagne, sans me tromper, où il y a 50 % de variant sud-africain, et pourtant, ce n'est pas la région la plus impactée virologiquement.

En (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi