La Covid-19 ne se transmet pas par voie sexuelle, mais altère la qualité du sperme

·2 min de lecture

La Covid-19 n'est pas une maladie sexuellement transmissible, mais elle peut tout de même perturber les spermatozoïdes. Une étude belge réalisée auprès de 120 hommes guéris de la Covid-19 montre que l'infection altère la mobilité des spermatozoïdes ainsi que leur nombre, jusqu'à deux mois après l'apparition des symptômes.

Les spermatozoïdes sont impactés par la Covid-19. © phonlamaiphoto, Fotolia
Les spermatozoïdes sont impactés par la Covid-19. © phonlamaiphoto, Fotolia

Une qualité du sperme réduite après la Covid-19

Dans un premier temps, les scientifiques ont recherché la présence de l'ARN du coronavirus dans le sperme des participants. Un test revenu négatif pour tous les échantillons, confirmant que le SARS-CoV-2 ne peut pas se développer dans les cellules productrices de sperme.

En revanche, le nombre total de spermatozoïdes produits et leur mobilité sont profondément réduits, surtout dans le premier mois après la maladie. Seuls 24,6 % des échantillons analysés étaient normaux. Pour les autres, les scientifiques ont observé une altération de la mobilité des spermatozoïdes voire pas de mobilité du tout, mais aussi des défauts morphologiques et une quantité trop faible de spermatozoïdes dans le sperme.

À un mois post-Covid, 60 % des échantillons présentaient des troubles de la mobilité des spermatozoïdes, 37 % entre un et deux mois post-Covid et encore 28 % plus de deux mois post-Covid. Le nombre de spermatozoïdes est trop faible pour 37 % des hommes testés un mois après l'infection, pour 29 % d'entre eux à 1-2 mois après l'infection et pour seulement 6 % deux mois après.

Ces observations ne sont pas corrélées avec la gravité des symptômes contractés par les participants. Si des troubles persistent encore deux mois après la Covid-19, les scientifiques ne savent pas encore si certaines de ces anomalies peuvent perdurer plus longtemps. Cela a un impact pour les couples qui ont un projet de bébé. La qualité du sperme chez un homme ayant eu la Covid ne pourrait pas être optimale et cela pendant plusieurs mois.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles