Covid-19: "Nous ne contraindrons pas les Français à se faire vacciner", assure Véran

·2 min de lecture
Jocelyne reçoit la 100.000e dose de vaccin contre le Covid-19 au vaccinodrome de Lyon-Gerland le 23 avril 2021

La vaccination obligatoire contre le Covid-19, envisagée pour les soignants, "ne l'est pas pour la population générale", a affirmé vendredi le ministre de la Santé, Olivier Véran, annonçant de nouveaux assouplissements pour la prise de rendez-vous.

"Nous ne contraindrons pas les Français à se faire vacciner, la vaccination n'a pas à être obligatoire en population générale", a déclaré M. Véran lors d'un déplacement à Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine).

"Si la question est abordée pour les soignants, elle ne l'est pas pour la population générale", a insisté le ministre, répétant sa volonté d'augmenter la couverture vaccinale des personnels dans les Ehpad et les hôpitaux.

A ce propos, il a fait état de "quelques indicateurs optimistes depuis hier", jeudi : certaines agences régionale de santé "nous demandent d'envoyer des doses supplémentaires directement dans les Ehpad, là où des soignants ont décidé de se faire vacciner".

Le sujet est néanmoins à l'agenda du Premier ministre, Jean Castex, qui "recevra les présidents des groupes parlementaires lundi pour aborder cette question", ainsi qu'une éventuelle "extension du pass sanitaire" - par exemple pour accéder aux commerces - et un possible "renforcement des contraintes à l'isolement" pour les personnes infectées, a-t-il ajouté.

Si ces consultations devaient aboutir à une loi, M. Véran a souhaité "qu'elle soit examinée par le Parlement le plus tôt possible, pourquoi pas au mois de juillet".

En attendant, le ministre a de nouveau exhorté les Français à se faire vacciner, affirmant qu'"il n'y a aucun frein qui existe aujourd'hui", avec notamment "près de 1,5 million de doses disponibles pour des premières injections et qui n'ont pas encore trouvé preneur".

Pour relancer une campagne vaccinale en cours d'essoufflement, il a annoncé la possibilité "à partir de lundi" de prendre rendez-vous pour deux injections dans deux lieux différents, "y compris dans les zones de vacances où vous seriez amenés à vous rendre".

Par ailleurs, depuis mercredi, les salariés ont "le droit automatiquement à une autorisation d'absence de quelques heures" pour se faire vacciner.

M. Véran a mis en garde contre "une menace potentielle de reprise épidémique dès cet été" à cause de la progression du variant Delta, qui "représente déjà près d'un tiers des cas positifs dans notre pays" et "pourrait venir gâcher l'été".

gbh/lum/tes

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles